Frappe-toi le coeur – Amélie Nothomb

Amélie Nothomb - Frappe-toi le coeur - Albin Michel

Frappée par Amélie Nothomb depuis Stupeur et tremblements (et d’autres), la lecture de son dernier roman dès qu’il sort est devenu un rituel auquel il n’existe à ce jour aucune exception.

Dans ce 26e roman (publié, elle dit en avoir écrit 87), Amélie a laissé de côté les identités croquignolesques pour se pencher sur Marie, une belle jeune femme, adulée, habituée à ce que tout le monde, famille et étrangers inclus, la jalouse. Et Marie en raffole.

Lorsque sa première fille, Diane, hérite de la magnificence de sa mère et que le regard des autres se portent elle, Marie ne s’y attendait pas. Elle découvre un sentiment qu’elle ignorait pouvoir ressentir, la jalousie, envers sa fille. Elle ne peut le supporter.

Amélie Nothomb change d’une certaine façon de registre. Ce n’est ni un roman aux accents autobiographiques, ni un conte affiché. Elle est beaucoup plus proche de la réalité et du côté sombre des relations et des caractères humains. Au fil des pages, l’histoire se complexifie, tout comme le style et l’ambiance. Le récit devient plus vif, les phrases plus percutantes, comme s’il s’agissait d’une situation d’urgence.

Le personnage de Diane est intéressant, que ce soit lorsqu’elle découvre enfant la répulsion de sa mère à son égard, que plus tard, à sa façon de composer avec les autres, à sa manière de comprendre le monde. Pas facile de s’en sortir avec un tel démarrage dans la vie. J’ai eu un petit faible aussi pour le personnage de Stanislas, qui m’a vraiment interloquée, même s’il n’apparait pas beaucoup.

Ceci étant, je dois avouer que je préfère le style Amélie Nothomb lorsqu’elle est dans l’autobiographie ou dans le conte, et qu’elle raconte ses histoires avec plus de légèreté ou d’ironie. Sans être déçue (loin de là, je l’ai lu d’une traite), en lectrice habituée, j’ai un petit faible pour sa façon de manier avec amusement et finesse la langue française. Mais cela n’enlève pas à ce roman ses qualités, notamment dans son côté plus sombre et plus profond qu’il n’y parait.

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à écouter la présentation de son livre par Amélie elle-même.


La première phrase :
(Lire un extrait plus long)

Marie aimait son prénom. Moins banal qu’on ne le croyait, il la comblait. Quand elle disait qu’elle s’appelait Marie, cela produisait son effet. « Marie », répétait-on, charmé.

La présentation des éditions Albin Michel :

« Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie »
Alfred de Musset


Amélie NOTHOMB
Frappe-toi le coeur
Albin Michel, Août 2017, 170 pages

4 réflexions au sujet de « Frappe-toi le coeur – Amélie Nothomb »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>