La fin de la saison des guêpes – Denise Mina

Denise Mina - La fin de la saison des guêpes - Masque

Thorntonhall, un village bourgeois sans histoire. Sarah se réveille en pleine nuit, le parquet craque : elle n’est plus seule dans sa maison. Inquiète, elle saisit son téléphone, appelle le 999, lorsque deux jeunes garçons entrent dans sa chambre. C’est à tort qu’elle sera soulagée en les voyant ; l’argent n’intéresse pas les jeunes hommes et personne ne répondra à son appel. La situation dégénèrera et Sarah sera retrouvée morte et totalement défigurée. L’enquête sera confiée à l’inspectrice Alex Morrow, personnage que Denise Mina remet en scène dans ce nouveau livre.

Ce policier démarre au quart de tour : Sarah est assassinée dès le premier chapitre. Les autres vont ensuite se suivre avec un rythme effréné, pour faire découvrir au lecteur les principaux personnages, les uns après les autres, puis vont s’essouffler.

En réalité, il ne s’agit pas d’un livre qu’il faut commencer en s’attendant à un polar à suspens, car le suspens est absent et l’histoire « policière » d’un intérêt tout relatif, les meurtriers étant connus et la victime aussi. L’intérêt du livre se trouve ailleurs, dans les personnages, dans la relation qu’ils ont entre eux, dans la présentation des différents points de vue, et dans l’attente (tout de même, c’est un policier) de la compréhension de cette situation et de la découverte des motifs qui ont entrainés cet assassinat.

Les premières lignes de La fin de la saison des guêpes :

C’est un trop-plein de silence qui arracha Sarah à son sommeil de plomb. Elle ouvrit les yeux sur le clignotement rouge de son réveil à affichage numérique : 16h32.
Des jappements de petits chiens résonnèrent dans un jardin au bas de la colline, ricochant avec insistance sur le plafond et les parois de la chambre tout en courbes.

La présentation de l’éditeur de La fin de la saison des guêpes : (4e de couverture)

Quand Lars Anderson, un riche banquier, se pend devant son imposante demeure du Kent, sa mort ne suscite pas vraiment de marques de sympathie. Cela fait un requin de la finance en moins, dans un pays encore meurtri par les ravages de la crise financière. Il laisse pourtant derrière lui deux enfants psychologiquement détruits et une femme brisée, sans parler de dettes abyssales.

A des centaines de kilomètres de là, dans une banlieue cossue de Glasgow, Sarah Erroll, une jeune femme sans histoires, est retrouvée sauvagement assassinée dans la maison de sa mère. La paisible communauté est choquée par cette agression inexplicable, d’une brutalité ahurissante, dont la victime semble avoir été choisie au hasard.

Le lecteur assiste dans le premier chapitre au meurtre de la jeune femme. Il sait qui mais pas pourquoi. Et l’explication ultime le laissera sans voix.

Denise MINA, La fin de la saison des guêpes
Traduit de l’anglais (Ecosse) par Freddy Michalski
Parution : Février 2013 – Le Masque
Original : 2011, The End of the Wasp Season

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>