Evariste – François-Henri Désérable

François-Henri Désérable - Evariste - Gallimard

Evariste est un livre d’une originalité à plusieurs facettes, une biographie romancée décalée et drôle, dont l’intérêt est bien plus dans la plume de l’auteur que dans la vie de son sujet.

En deux mots, Evariste Galois est né à Bourg-la-Reine en 1811. Il part étudier à Louis-le-Grand, où on le trouve « frondeur, dissipé, bavard, singulier », ayant une haute opinion de lui-même. Il découvrira en 1827 les mathématiques, échouera à Polytechnique, mais n’en restera pas moins un génie des mathématiques et un passionné. « C’est la fureur des mathématiques qui le domine » trouve-t-on écrit comme note d’études du second trimestre.

Mais en réalité, ce n’est pas la vie d’Evariste Galois qui est la plus passionnante, c’est la narration ébouriffante de François-Henri Désérable. Invoquant des épisodes historiques, il ponctue joyeusement son roman de nombreuses anecdotes autour de Robespierre, Louis XVI, Delacroix et pleins d’autres, ce qui en donne toute la saveur et l’originalité.

L’originalité se trouve aussi dans le style, des phrases longues, une écriture comme une confession à « mademoiselle », dont on ne sait qui elle est, la sœur, l’amante de l’auteur, ou la jeune lectrice plongée dans sa lecture. Mais surtout, ce roman déborde de parenthèses digressives drôles et légères, d’allocutions directes ou non au lecteur, avec des formules actuelles et anachroniques truculentes.

Et oui, c’est un livre avec lequel on rit aussi. L’entretien d’Evariste des pages 52 et 53 m’a fait éclater de rire, et le sourire est présent très souvent. Ce roman fourmille de formules bien choisies qui surprennent. Un exemple ? Lorsqu’il évoque Niels Abel, il réussit à glisser en finesse « les frères d’Abel finissent mal, en général », et ma préférée est probablement « le 27 juillet 1830 tombait un mardi. Le 28 un mercredi. Le 29 un roi ».

Il ne s’appelle pas Edouard Louis et n’a pas 21 ans, mais François-Henri Désérable et a 27 ans ; il est tout aussi bluffant.


La première phrase illustre bien le ton ironique du roman Evariste :
(ou pour lire un extrait plus long, feuilleter Evariste)

On ne se méfie jamais assez des doigts. On a tort.

La 4e de couverture des éditions Gallimard :
(ou présentation lien direct site Gallimard)

À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l’amour et la mort à l’aube, sur le pré.
C’est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.


Challenge rentrée d'hiver 2015François-Henri DESERABLE
Evariste
Gallimard, Janvier 2015, 174 pages

18 réflexions au sujet de « Evariste – François-Henri Désérable »

  1. J’avais lu un avis plutôt négatif sur un autre blog et là je vois du positif. L’auteur m’avait donné envie de lire son livre lorsque je l’avais vu à la grande librairie

    • Eimelle, il ne me tentait pas particulièrement à l’origine, et j’ai été séduite dès les premières pages. Ca vaut le coup d’essayer au moins, vraiment !

    • Si tu es plus intéressée par la Révolution, il a aussi déjà écrit un récit Tu montreras ta tête au peuple. Mais je ne sais pas si le style est identique, j’imagine en partie que oui.

    • Je pense qu’on peut rejeter ce livre, autant que l’adorer, si on n’adhère pas au style. Je l’ai trouvé génial, mais je me dis aussi que certains lecteurs pourraient le trouver gênant…

    • Ne t’inquiète pas, l’auteur du livre non plus, il le dit, et ça ne gêne en rien le livre, du moins pour une personne comme moi qui ne cherchait pas de la théorie mathématique en le lisant ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>