Et tu danses Lou – Pom Bessot Philippe Lefait

Pom Bessot-Philippe Lefait - Et tu danses, Lou - Stock

Et tu danses Lou est le témoignage des parents de la petite Lou, à qui l’on apprend, dès le jour de sa naissance, que leur fille a une « drôle de tête ».

Le récit est rédigé à double voix, celle de la mère, la voix qui se veut celle de la spontanéité, celle de l’écriture du journal intime, au jour le jour des faits, des événements qui font vite comprendre que ce bébé ne sera pas un enfant « comme les autres ». Et puis, en parallèle, l’histoire racontée par le père, a postériori cette fois, avec le recul et le rappel des souvenirs, des difficultés.

Les parents ont fait le choix d’une construction alternant régulièrement, l’une après l’autre, dans des paragraphes en général assez courts, la vision de l’un, puis la vision de l’autre.

On comprend parfaitement le bouleversement que peut entraîner la naissance d’un bébé d’abord fragile, qui deviendra l’enfant différent, avant d’être l’enfant autiste et handicapé, et le besoin que peuvent avoir les parents de partager cette expérience, d’en parler, entre eux, puis aux autres.

Les événements racontés sont assez factuels, les phrases souvent très courtes. Les développements psychologiques sont quasiment inexistants, les ressentis intérieurs assez rares, et l’on se retrouve finalement avec un livre sans surprise, qui doit réussir à faire vibrer la corde sensible (hôpital, bébé, problèmes de santé, amour des parents, pleurs, tristesse, doutes …), mais qui de façon surprenante, reste étrangement extérieur à lui-même.

Est-ce lié à l’alternance quasiment systématique vision de la mère/vision du père, qui entraine des coupures automatiques dans la narration ? Est-ce le journal intime, qui se veut spontané et dans l’immédiat ? Est-ce le style journalistique, qui est très détaché et factuel ? Etrangement, les auteurs – qui sont les parents – ne paraissent pas impliqués, pas dans leur rôle de parent bien sûr, mais dans leur rôle d’auteurs.

Et finalement, quelques jours seulement après avoir lu le livre, il reste le souvenir d’un récit qui se lit vite et facilement, avec plaisir certes, mais un récit contournable.

Et puis, on l’avoue, on s’interroge … si Pom Bessot n’était pas éditrice, si Philippe Lefait n’était pas journaliste … si le monde de l’écriture, de la presse et de l’édition ne leur était pas acquis …

Mais ce livre a touché plusieurs lectrices jurées de ELLE et ne semble pas mal placé dans les pronostics pour obtenir le prix. C’est un vrai coup de coeur pour Enna, et Eva aussi a beaucoup aimé.

Grand Prix des lectrices Elle

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2014
Sélection catégorie Document


Pom BESSOT et Philippe LEFAIT
Et tu danses, Lou

Parution : Novembre 2013 – Stock

7 réflexions au sujet de « Et tu danses Lou – Pom Bessot Philippe Lefait »

  1. Difficile en effet d’oublier ce que font les parents de Lou dans la vie (parce que c’est quand même très récurrent avec le Cap Ferret). ce livre ne m’a pas beaucoup plu, il ne m’en reste presque rien, et je dirai même qu’il m’a un peu exaspérée…un peu comme toi (en pire peut-être)

  2. Peut-être que j’ai un coeur en pierre ;-) Oui, c’est marrant, moi aussi je pensais à de « vraies » personnes en lisant, et cela a produit l’effet inverse sur moi : mais j’ai l’impression qu’il a pas mal d’adeptes au final ! Tant pis, je serai le vilain petit canard :-)

  3. c’est marrant comme ce livre peut être un coup de coeur pour certains (moi et les personnes à qui je l’ai prêté) et pas du tout pour d’autres ;-) moi j’ai été touchée par cette famille et j’ai aimé leur façon d’en parler. Peut-être parce que je pensais à de « vraies » personnes en le lisant ;-) J’aimerai beaucoup qu’il gagne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>