Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Laura Kasischke - Esprit d'hiver - Livre de poche

Esprit d’hiver est un roman huis clos qui instaure une ambiance délicatement cotonneuse, filandreuse, puis oppressante, en un crescendo qui suspend le lecteur dans une tension qui ne se relâchera qu’au point final.

En ce matin de Noël, Holly se réveille dans un demi-sommeil, va vérifier que sa fille dort paisiblement, puis retourne se coucher, son mari encore allongé tranquillement à côté d’elle. Une impression étrange s’empare d’elle, et une phrase mantra s’impose, phrase qu’elle ne comprend pas tout de suite : « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux  » et qui reviendra inlassablement en ce début de matinée. Holly – qui rêverait d’être poète – ne pense alors qu’à une chose, transcrire ce sentiment, écrire pour fixer l’impression puissante qu’elle ressent, avant qu’elle ne s’envole.

Le lecteur apprendra tout de suite que le lien avec la Russie est la fille adoptive, Tatiana, que le couple est allé chercher en Russie plusieurs années auparavant. Leur première visite avait en effet eu lieu un 25 décembre, à l’orphelinat Pokrovka n°2 en Sibérie. Les souvenirs d’Holly de cette période se croisent alors avec les évènements de ce jour de Noël, de cette journée familiale si spéciale.

Eric, le mari d’Holly, est parti chercher ses parents à l’aéroport ; Holly et Tatiana se retrouvent donc seules en cette matinée de Noël, dans l’attente de l’ouverture des cadeaux, de l’arrivée des invités, du déjeuner de Noël. Elles se retrouvent d’autant plus seules, qu’il se met soudainement à neiger, le blizzard devenant tellement fort, que les invités annulent ou décalent leur venue.

Un jour de Noël donc. Holly et Tatiana, une mère et sa fille. Quelques tensions d’abord. Des bizarreries, puis des petits évènements inhabituels ponctuent cette journée. Des observations particulières, qui surprennent. Une petite bricole d’abord, qui étonne le lecteur, puis une autre, puis une succession de petites choses extrêmement subtiles, qui créent une ambiance d’abord étrange, puis de plus en plus oppressante.

C’est la marque de fabrique de Laura Kasischke, qui a le don de créer lentement autour de ses personnages une situation inhabituelle, de manière extrêmement patiente, fine et subtile, d’amener une douce ambiance tendue, qui s’instaure peu à peu, qui enveloppe de manière d’abord dérangeante, puis inquiétante, et qui devient ensuite de plus en plus étouffante, sans que l’on puisse vraiment mettre le doigt sur le « hic », la seule certitude étant que la menace est présente, sans savoir vraiment à quel coin de page elle va surgir.

A certains moments, la tension est tellement latente, qu’on se retrouve réellement en train de retenir son souffle, et puis, un instant soulagé, de relâcher les épaules, jusqu’à la fois suivante.

Avec Esprit d’hiver, le lecteur retrouve Laura Kasischke au meilleur de sa forme, qui transforme une journée de Noël qui pourrait être parfaitement banale en une situation d’une grande intensité dramatique. Une très belle performance.

A noter que les lecteurs français ont la primeur d’Esprit d’hiver, car le roman ne devrait être publié aux Etats-Unis qu’à fin 2013/début 2014.

Anecdote :

Esprit d’hiver est une référence à un poème de Wallace Stevens (1879-1955), publié en 1923 et intitulé « The Snow Man » (Bonhomme de neige), dont le début est le suivant (traduction Claire Malroux, 2002, Corti) :

« Il faut posséder un esprit d’hiver
Pour regarder le gel et les branches
Des pins sous leur croûte de neige » ;

La première page dédicace du livre est d’ailleurs un extrait de « Bonhomme de neige » :
« Qui est le bruit de l’étendue
Emplie du même vent
Soufflant dans le même lieu nu »

Prix Littéraires
Sélection Prix Médicis 2013 Sélection Prix Fémina 2013
Grand Prix des Lectrices ELLE 2014


Si vous hésitez, les premières lignes du roman « Esprit d’hiver » :

« Noël, 20–
Ce matin là, elle se réveilla tard et aussitôt elle sut : Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux.
C’était dans un rêve, pensa Holly, que cette bribe d’information lui avait été suggérée, tel un aperçu d’une vérité qu’elle avait portée en elle pendant – combien de temps au juste ?.
Treize ans ? »

Laura Kasischke - esprit d'hiver - Christian BourgoisLa présentation de l’éditeur Christian Bourgeois du roman « Esprit d’hiver » :

« Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n est plus comme avant. Le blizzard s est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant… »

Laura KASISCHKE, Esprit d’hiver
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Aurélie Tronchet
Parution : Août 2013 – Christian Bourgeois / Octobre 2014, Livre de poche
Original : 2013, Mind of Winter

____________________________________
(Dernière mise à jour : 04/10/2014)

Une réflexion au sujet de « Esprit d’hiver – Laura Kasischke »

  1. Ce nouveau roman a l’air effectivement prometteur ; il me semble que l’auteure revient à ses premiėres amours notamment avec « A souspicious river » et surtout « Un oiseau Blanc dans le blizzard » que j’avais adoré lire à l’époque ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>