Entre les livres – Virginia Woolf

Virginia WOOLF - Entre les livres - La Différence Coup de coeur !

Les essais littéraires de Virginia Woolf, regroupés dans Entre les livres se dégustent comme des petites nouvelles sucrées salées sur le monde littéraire anglais, russe ou américain du XIXème siècle. Elle n’est jamais ennuyeuse, elle est toujours réjouissante et surtout finement piquante.

Virginia Woolf n’a pas écrit que des romans, elle a écrit énormément d’articles sur la littérature, qui sont parus au début du XXe siècle dans la presse (surtout le supplément littéraire du Times). Ce qui est fascinant, c’est que ces 34 essais, qui datent de près d’un siècle – ils ont principalement été publiés dans les années 1910/1920 – résonnent de manière étonnamment juste et actuelle.

Il est totalement impossible de ne pas avoir envie de se plonger dans Joseph Conrad ou dans la littérature russe. Ses analyses sont tellement bien écrites et argumentées, qu’on a envie de vérifier par soi-même tout ce qu’elle dit. Elle n’est pas toujours tendre, loin de là, et c’est d’ailleurs bien tout l’intérêt de ces essais chatouilleux, aux accents parfois grinçants, dans un style admirable, équilibrant au gramme près la synthèse et l’argumentation.

Ce qui est truculent, c’est que Virginia Woolf a vraiment le chic pour critiquer un auteur qu’elle admire, ou une oeuvre qu’elle a relue plusieurs fois, avec une technique du chaud-froid qui lui permet de tout dire. En reconnaissant toujours certaines qualités de l’écrivain, elle se permet en parallèle de développer des points de vue cinglants – qui sont un plaisir.

Si j’ai totalement craqué pour les quatre premiers essais (relus déjà deux fois), qui ne sont pas centrés sur un auteur en particulier, mais sur un thème, comme le roman moderne, la fiction américaine et la question de la relecture des romans, j’ai dévoré le livre en intégralité, et apprécié une autre facette d’un écrivain culte, dont la découverte avec Orlando, avait été un brin laborieuse.

Entre les livres n’est pas un livre qui s’emprunte, c’est un livre que l’on achète, que l’on range dans un coin accessible de l’étagère, pour pouvoir relire l’analyse d’une oeuvre ou une biographie synthétique, un clin d’oeil sur Melville, une critique sur Dostoievsky ou des compliments sur Tchekhov.

Pour les adeptes des essais sur la littérature, c’est impératif, il faut lire celui là !

Les premières lignes d’Entre les livres :

Commençons par éclaircir la vieille confusion entre l’homme qui aime étudier et l’homme qui aime lire, et par signaler qu’il n’y a aucun rapport entre les deux. Un homme d’étude est un solitaire enthousiaste, concentré, sédentaire, qui cherche à découvrir dans les livres une graine particulière de la vérité à laquelle il a consacré son coeur.

La 4e de couverture des éditions La Différence :
(ou lien direct site La Différence, avec possibilité de lire un extrait)

Virginia Woolf a écrit tout au long de sa carrière de très nombreux articles littéraires, essentiellement pour le Times Literary Supplement, qui font d’elle un des plus importants et des plus brillants critiques du XXe siècle. Le choix des trente-cinq essais que nous proposons ici porte sur des écrivains anglais, américains et russes (James, Conrad, Hardy, Melville, Tourgueniev, Tchékhov, Tolstoï, Dostoïevski…) et s’y ajoutent des études générales sur les caractères nationaux de leurs littératures, sur l’art de la fiction,et, ce qui est sans doute encore plus symptomatique, sur l’art de la lecture, car, autant qu’une esthétique de la fiction,Virginia Woolf esquisse une esthétique de la lecture, selon laquelle une grande part de l’existence d’un livre tient à la capacité du lecteur de le faire sien, d’en faire « un livre à soi ».

Virginia WOOLF
Entre les livres
Traduit de l’anglais par Jean Pavans
La Différence, octobre 2014, 288 pages

Challenge un classique par moisA year in EnglandChallenge petit bac 2015

14 réflexions au sujet de « Entre les livres – Virginia Woolf »

  1. j’ai Vers le phare et Mrs Dalloway dans ma pal, mais vu que j’avais un peu « peur » de me lancer avec une fiction, ce titre tombe à pic!

  2. Je suis depuis quelques temps vos échanges sur Virginia Woolf – ne l’ayant jamais lu (oui je sais…) j’hésite : par où dois-je commencer ? Mrs Dalloway ? The waves ? Orlando ?
    Je sais que ses essais et correspondances sont toutes aussi passionnantes mais le nombre d’ouvrage m’effraie un peu !

    • Je ne suis pas une experte du tout Electra, je n’ai lu qu’Orlando comme roman. En revanche, j’ai trouvé que les deux nouvelles que j’ai lues (Lappin et Lapinova et La duchesse et le joaillier) étaient beaucoup plus faciles d’accès, avec un côté ironique et piquant que j’ai vraiment adoré, et que j’ai d’ailleurs retrouvé dans les essais.

  3. J’ai trouvé un vieux bouquin de critiques (the common reader), dont certaines ont paru dans le TLS, en effet, donc je vois bien ce que tu veux dire! c’est à lire en effet.

    • Pour moi, c’était une découverte de bout en bout, et si je pensais que ce serait intéressant, j’étais loin d’imaginer que ce serait aussi passionnant ! Merci de confirmer Keisha :-D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>