En finir avec Eddy Bellegueule – lu par Philippe Calvario

Edouard Louis - En finir avec Eddy Bellegueule - Audiolib

La lecture de En finir avec Eddy bellegueule a été un choc de la rentrée littéraire 2014, c’est vraiment un livre fort et poignant, qui peut difficilement laisser insensible.

Je ne reviendrais pas sur le fait que j’aime aimé « passionnément » le livre en lui-même, qui m’a mise K.O et que j’ai lu d’une traite : mon avis sur le livre et son contenu n’a pas changé (à lire ICI).

Mais pour la première fois, et c’était l’une des interrogations en commençant le Prix audiolib, je constate une réelle différence entre ma perception du livre lu, et celle du livre écouté.

Aïe, je l’avoue, la lecture faite par Philippe Calvario ne m’a pas vraiment convenue, et j’ai envie de présenter des excuses tellement j’en suis embêtée. J’ai été dérangée par les accentuations sur les consommes occlusives (en particulier les P et les B), par l’allongement un peu trainante de certaines syllabes et en raison d’une musicalité globale un peu lancinante et répétitive, cette écoute m’a parfois ennuyée (mea culpa, mea culpa).

Heureusement que la force du texte était présente. Mais cela a mis de la distance entre moi et le texte, alors qu’à la lecture du livre, je m’étais totalement imprégnée par son propos et son contenu.

Le livre vaut tellement la peine d’être découvert, qu’il ne faut pas s’arrêter sur mon avis « d’audio-lectrice » aux oreilles difficiles, qui a pourtant adoré ce livre lors de sa première découverte.

En écoute commune avec Sophie.

Et les avis également de Enna, Sylire, Leiloona, Saxaoul, Estelle, Sandrine et Marjorie.

PRIX AUDIOLIB 2015Edouard LOUIS
En finir avec Eddy Bellegueule
Lu par Philippe Calvario
Audiolib, mai 2014, 4h42

14 réflexions au sujet de « En finir avec Eddy Bellegueule – lu par Philippe Calvario »

  1. Je n’ai encore jamais essayé de livre audio mais je ne pense pas que cela me plairait. Déjà parce que je ne saurai pas quoi faire. Je ne m’imagine pas rester assise tranquillement à écouter. J’ai déjà du mal à me concentrer quand je regarde un film, alors sans les images ! Et je ne pourrai pas non plus faire autre chose en même temps au risque de ne plus entendre ou comprendre. Non décidément ce n’est pas pour moi je pense.

    • Je n’arrive pas non plus à faire autre chose, à part dessiner ou peindre. Sinon, l’idéal pour moi, ce sont les transports, et comme je suis tout le temps dans les transports en commun, métro, RER, train, je reste justement assise tranquillement à écouter, et c’est parfois plus facile que de lire un livre, car tu peux te déconnecter du bruit ambiant.

  2. C’est marrant ce que tu dis. Moi qui ne l’ai pas lu en format papier, j’ai trouvé que le lecteur collait tellement au texte que la voix de l’auteur me paraissait incongrue pendant l’entretien final. Mais bon, le roman ne m’a pas trop plu alors quelque soit le support, j’aurais eu le même genre de ressenti je crois.

    • J’avais la même impression que toi quand j’avais écouté Une vie, de Simone Veil, car au début c’est elle-même qui lit. En fait, je me demande si on ne s’habitue pas vite à une voix, et changer, ça fait bizarre, comme une rupture.

  3. C’est intéressant ce que tu dis-là. Je ne l’ai lu qu’audio et je me demande comment je l’aurais perçu en version papier. Peut-être mieux ? C’est un livre si intime qu’il le lit peut-être mieux, effectivement qu’il ne s’écoute.

    • Sylire, tu mets le doigt sur quelque chose de juste, et qui explique bien mon ressenti. Je n’ai pas ressenti l’intimité à l’écoute que j’avais ressenti à la lecture.

  4. Je ne me suis pas encore mise au livres audio, je ne cesse de me dire que je vais essayer et puis……… Ton avis, là, ne me donne pas envie de me faire violence, mais je me connais, je craquerai un jour… Et, comme toi, Eddy Bellegueule m’a fichu une sacrée claque!

    • Une fois que tu es dans un livre audio, tu te laisses porter par la voix du lecteur, et tu retrouves un plaisir presque supérieur à celui d’écouter la radio, car tu peux vite voyager ailleurs ! Quoiqu’il en soit, reste sur ta claque du livre lu ;-)

  5. Eh ben punaise!!! C’est la première fois que je lis un billet ou l’audio est une moins-value par rapport au papier. IL faut dire qu’il est tellement personnel ce livre, tellement violent dans son propos qu’on peut difficilement y plaquer une voix qui ne soit pas celle de l’auteur.

    • Je me rends compte que la voix, la façon de lire, l’accent également, a en fait beaucoup d’importance pour moi dans l’appréciation de mon écoute, par rapport au texte. En plus, comme j’ai quelques problèmes d’audition, je peux être très gênée par certaines sonorités (et ne pas très bien en entendre d’autre). Et là, vraiment, j’étais été très surprise moi-même de trouver que l’audio n’apportait rien de plus au livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>