En finir avec Eddy Bellegueule – Edouard Louis

Edouard Louis - En finir avec Eddy Bellegueule - Seuil

Franchement, ce n’est pas avec un titre comme « En finir avec Eddy Bellegueule » que le livre donne particulièrement envie ; et c’est bien dommage, parce que lorsqu’Eddy Bellegueule nous raconte sa vie à travers le nouveau regard d’Edouard Louis, c’est une grande et agréable surprise !

Le titre nous fait croire – à tort -, que l’on va plonger dans un univers drôle, décalé et ironique : c’est tout le contraire.

C’est dans un monde contemporain désespéré, et c’est bien ce qui dérange et étonne le plus, de la Picardie bien française, au milieu d’une catégorie sociale très défavorisée, qui vit dans la pauvreté, voire la misère : cela pourrait ressembler à une caricature et ne pas paraître assez réel – c’est d’ailleurs la raison pour laquelle plusieurs éditeurs ont refusé de publier son livre – mais c’est bien là l’un des intérêts de ce roman, c’est qu’Edouard Louis décrit un monde qu’il connait bien, celui des habitués au Pôle Emploi, des habitués du bar, de la bouteille, de la bière et du pastis, du foot et de la bagarre, de la télévision, des frites quotidiennes, oui, au final, on croirait à une caricature, malheureusement, non.

Et c’est dans ce milieu qu’Eddy Bellegueule, jeune adolescent, tente de grandir et de s’intégrer alors qu’il n’est pas assez masculin au regard des critères locaux, qu’il a des manières de filles, qu’il aimerait faire de la danse, qu’il n’aime pas se battre, ni cracher par terre, ni jurer, oui, qu’il est homosexuel, une tapette, un pédé, et qu’il l’est avant de s’en rendre vraiment compte, avant de l’accepter, de s’accepter, et enfin, de l’avouer.

Il n’est pas le seul à le voir, les autres aussi bien sûr, qui le rejette : on lui crachera dessus, on lui cognera « gentillement » la tête contre le mur, il fera semblant, longtemps, et réussira à sortir de ce cloaque social grâce à l’école, grâce à l’écriture et la sortie de ce livre.

Eddy Bellegueule, maintenant Edouard Louis, n’a que 21 ans, et il faut le voir parler de son roman, qui ressemble d’ailleurs bien plus à un récit bien autobiographique qu’à un roman, oui, il faut le voir par exemple dans la Grande Librairie du 9 janvier 2014, pour être fasciné par le personnage, et après avoir lu le livre, étonné et enchanté par son livre.


Edouard LOUIS
En finir avec Eddy Bellegueule
Parution : Janvier 2014 – Seuil

4 réflexions au sujet de « En finir avec Eddy Bellegueule – Edouard Louis »

  1. Le lien entre Annie Ernaux et Edouard Louis existe mais les différences sont nombreuses. Annie Eranux réussit à mettre de la distance entre elle et ce qu’elle décrit.

  2. Ah que je suis impatiente de le lire. Article dans Elle de cette semaine aussi …
    Ca a l’air très très sinistre. Par contre Elle le compare à Ernaux..Je ne sais pas si c’est justifié ?
    J’adore Ernaux mais ça me semble plus dur encore que sa Place. Je vais le lire avec plaisir

    • C’est clair que ce n’est pas joyeux ; c’est désespérant. Alors pour Ernaux, je ne connais pas assez pour trouver un lien évident … Tu me diras !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>