En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut

Olivier Bourdeaut - En attendant Bojangles - Finitude Coup de coeur !

Olivier Bourdeault réussit magistralement son coup d’essai avec En attendant Bojangles ! Son premier roman est un réel enchantement, c’est une perle, une pépite, un petit trésor à ne rater sous aucun prétexte.

Le narrateur est un petit garçon, qui raconte avec simplicité et bonheur la vie dans sa famille qui déborde de joie, d’amour de peps et d’originalité. Tout tourne autour de ses parents, de ce couple fantasque, de cette mère-enfant qui veut du soleil dans sa vie quotidienne, toujours et tout le temps et dont le grain de folie semble illuminer chaque jour d’étincelles permanentes.

Le père suit les idées de cette femme qu’il aime d’un amour fou, danse avec elle sur la chanson de Nina Simone, En attendant Bojangles, tournoie dans la vie avec elle avec une joie contagieuse, l’appelle de prénoms différents, accepte comme animal de compagnie un oiseau Exotique, la fameuse « Mlle Superfétatoire », fait vivre cette femme et le petit narrateur dans une vague de joie qui se transmet à chaque phrase.

En lisant ce livre, vous allez entrer dans un monde sublime et magique, avec ses couacs et ses désillusions, mais qui reste toujours d’un optimiste à tout épreuve, qui aborde la vie du côté de la beauté, de la sincérité des sentiments, de l’amour fou et absolu. Le charme opère à un point inimaginable. C’est vivant, frais, lumineux, beau, c’est une merveille littéraire !

Tous les sentiments vont traverser votre coeur, vous allez rire, voire même éclater de rire, sourire, être ému, ressentir vibrer les fibres de la beauté de la vie, qui semble être tirée de celle même d’Olivier Bourdeault, qui annonce en exergue à son roman :

« Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l’endroit, à l’envers, parce que la vie est souvent comme ça ».

Les avis enthousiastes également de Tiben, Jérôme, Noukette, Joëlle, Jostein, entre des tas d’avis dithyrambiques !

Prix LittérairesGrand Prix RTL / Lire
Prix du Roman des étudiants France Culture / Télérama
Prix roman France Télévisions
Prix Emmanuel-Roblès
Prix de l’Académie de Bretagne


Les premières lignes de En attendant Bojangles :

Mon père m’avait dit qu’avant ma naissance, son métier c’était de chasser les mouches avec un harpon. Il m’avait montré le harpon et une mouche écrasée.
- J’ai arrêté car c’était très difficile et très mal payé, m’avait-il affirmé en rangeant son ancien matériel de travail dans un coffret laqué. Maintenant j’ouvre des garages, il faut beaucoup travailler mais c’est très bien payé.

La présentation de En attendant Bojangles par les éditions Finitude :

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.


Challenge Rentrée littéraire janvier 2016Olivier BOURDEAUT
En attendant Bojangles
Finitude, Janvier 2016, 160 pages.

34 réflexions au sujet de « En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut »

  1. J’en entends beaucoup parler de ce livre. J’apprécie de pouvoir lire un petit extrait dans ton avis, et c’est peut-être ça qui va me décider à finalement lire ce roman !! :)

  2. Bonjour Laure, non seulement il fait l’unanimité sur les blogs et il se vend bien auprès des lecteurs. Je l’ai noté. Personnellement, je ne connais que la version de Sammy Davis Jr pour Mr Bojangles. Bonne fin d’après-midi.

    • Bonsoir Dasola,
      et puis ça fait plaisir de voir qu’un livre se vend grâce au bouche à oreille et que les lecteurs se rendent dans les librairies. Je ne connais pas la version de Sammy Davis Jr, mais je vais aller l’écouter (merci internet). A bientôt.

  3. Ravi de lire ton enthousiasme également :)
    AH ce livre… Quel régal, quelle pépite!
    Un que je vais ardemment défendre au prix Orange du livre c’est certain!
    Merci pour le lien ;-)

    • Franchement, ce n’est pas le « style » de roman vers lequel je me tourne en général, mais alors là, il m’a totalement « retournée » justement ! Je compte sur toi pour le Prix Orange :-D

    • Perrine, je pensais exactement la même chose, et ça m’avait même fait hésiter à acheter le livre ! Je peux t’assurer que je n’ai pas regretté une seule seconde :-D

  4. décidément ce roman semble enchanter tout le monde. C’est décidé, dès qu’il est- dispo à la bibliothèque, je le lis.
    pour info j’ai acheté l’amie prodigieuse en lisant tes retours sur Elena Ferrante. Impatiente de le lire .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>