Ecrivains en bord de mer 2014, en quelques mots

Ecrivains en bord de mer 2014 Ecrivains en bord de mer, c’est le festival qui se déroule chaque année à la Baule. Cette année, c’était la 18e édition, du mercredi 16 juillet au dimanche 20 juillet 2014, à la Chapelle Sainte-Anne (en plein centre-ville).

Très belle découverte ! A refaire sans hésiter l’année prochaine !

D’abord, en même temps que la découverte du festival, ce fut la découverte de la Baule et ses alentours, ses plages … Absolument superbes !! Coup de cœur pour le lieu et pour le festival.

Bon, entre une arrivée seulement le vendredi, le beau temps et la plage, le farniente et la lecture, la sole grillée et la sieste, il n’a pas été possible de participer à toutes les manifestations …, mais à quelques unes quand même !

Qu’est ce qu’on retient ?

L’idée géniale des humeurs apéritives de Thierry Guichard :

Vers 11h30, Thierry Guichard, passionné de littérature et de vins, vient présenter trois auteurs et trois textes, dont il lit des extraits et qu’il associe par la suite à un vin. Si ce n’est pas génial ça comme idée !

Alors, on a découvert Toute une vie bien ratée de Pierre Autin-Grenier, L’homme qui marchait avec lui, de Claude Margat et Le cul de Judas d’Antonio Lobo Antunes, qui se sont tous très bien accompagnés d’un verre de blanc, entre Pouilly Fuissé, découverte d’un domaine de Clovallon et d’un Pech Redon, les Genêts. Oui, oui, vraiment très sympa.

Mais on a aussi entendu des textes qui s’associaient avec du vin rouge, comme ceux de Linda Lê ou de Joseph Boyden, accompagnés de Piquepoul noir 2013, ou du vin Les escarelles de 2009 ou encore de l’Antho Cyane de 2011. Blanc ou rouge, une dégustation de vins avec une dégustation littéraire, cette association se marie à merveille.

A retenir un livre et un vin ?

On retient qu’il faut absolument lire Le Chemin des âmes de Joseph Boyden aux éditions Albin Michel ou en Livre de Poche (c’est le même auteur que Dans le grand cercle du monde). Très bien présenté, les extraits sont envoûtants, entre réalité et onirisme, texte sur le retour de la guerre et le rapport à la mort. Oui, oui, ça faisait vraiment envie !

Et pour le vin, une petite préférence pour le rouge Les Escarelles de 2009. Mais aussi …

Laurent MAUVIGNIERL’entretien passionnant de Laurent Mauvignier :

Bernard Martin a organisé un entretien avec Laurent Mauvignier, qui a revisité l’ensemble de son œuvre. Intime et franche, touchante et intéressante, cette discussion a permis de mieux connaître l’œuvre de Laurent de Mauvignier, et Laurent Mauvignier lui-même.

Entre humilité et confession, reconnaissance des doutes et des découvertes, pensées sur le processus de création, Laurent Mauvignier donne envie de lire toute son œuvre, de parler encore et toujours avec lui de ses livres !

Et comme Ce que j’appelle Oubli, publié aux éditions de Minuit, est un de mes livres Coup de cœur (billet à venir), et que les livres étaient disponibles à l’achat pendant le festival, je n’ai pu m’empêcher de l’acheter pour l’offrir.

Très accessible et sympathique, Laurent Mauvignier a gentillement accepté d’écrire une petite dédicace, et ça, ça fait bien plaisir !

Puvoirs_N° 119Il a aussi lu en début de festival des extraits de son livre Autour du Monde, à paraître en août 2014. La présentation par son éditeur, les Editions de minuit :

Rencontrer une fille tatouée au Japon ; sauver la vie d’un homme sur un paquebot en mer du Nord ; nager avec les dauphins aux Bahamas ; faire l’amour à Moscou ; travailler à Dubaï ; chasser les lions en Tanzanie ; s’offrir une escapade amoureuse à Rome ; croiser des pirates dans le Golfe d’Aden ; tenter sa chance au casino en Slovénie ; se perdre dans la jungle de Thaïlande ; faire du stop jusqu’en Floride.
Le seul lien entre les personnages est l’événement vers lequel tous les regards convergent en mars 2011 : le tsunami au Japon, feuilleton médiatique donnant à tous le sentiment et l’illusion de partager le même monde.
Mais si tout se fond dans la vitesse de cette globalisation où nous sommes enchaînés les uns aux autres, si chacun peut partir très loin, il reste d’abord rivé à lui-même et à ses propres histoires, dans l’anonymat.

Dur, dur d’attendre …

Et un coup de coeur pour la lecture croisée passionnante du prochain Joy Sorman, La Peau de l’ours :

D’abord, qui est Joy Sorman, en quelques mots ?

Joy Sorman, née en 1973 à Paris, a d’abord été professeure de philosophie, avant de publier chez Gallimard son premier roman en 2005, Boys, boys, boys, qui a reçu le Prix de Flore. Maintenant sur ma pile de lecture, vous en saurez bientôt plus !

Elle a publié d’autres livres (une fiche auteur sera publiée sur le blog courant de l’été), mais sort surtout le 21 août 2014, La peau de l’ours chez Gallimard.

Joy Sorman - La peau de l'ours - GallimardLa présentation par Gallimard :

Le narrateur, hybride monstrueux né de l’accouplement d’une femme avec un ours, raconte sa vie malheureuse. Ayant progressivement abandonné tout trait humain pour prendre l’apparence d’une bête, il est vendu à un montreur d’ours puis à un organisateur de combats d’animaux, traverse l’océan pour intégrer la ménagerie d’un cirque où il se lie avec d’autres créatures extraordinaires, avant de faire une rencontre décisive dans la fosse d’un zoo.
Ce roman en forme de conte, qui explore l’inquiétante frontière entre humanité et bestialité, nous convie à un singulier voyage dans la peau d’un ours. Une manière de dérégler nos sens et de porter un regard neuf et troublant sur le monde des hommes.

La lecture de la peau de l’ours s’est faite de façon croisée, Joy Sorman lisant des extraits de son livre et Olivier Rocheteau lisant des extraits d’autres textes en rapport avec son livre. Deux vidéos ont également été passées.

Dans le détail, les extraits qui ont été présentés en alternance de la lecture de La Peau de l’ours sont : L’abécédaire de Gilles Deleuze (vidéo), L’ours de Michel Pastoureau, Bartelby le scribe, d’Herman Melville, Mémoires de la jungle de Tristan Garcia, Machination contre l’animal (in la revue Ravages, automne 2009), Les jeux du cirque et la vie foraine d’Hugues Le Roux, Freaks de Tod Brownong (vidéo), L’ours brun de Pascal Etienne et Jean Lauzet, Le parti pris des animaux de Jean-Christophe Bailly et Que diraient les animaux si on leur posait les bonnes questions ? de Vinciane Despret.

Cette lecture vivante et croisée était géniale, rythmée et envoutante, elle a permis de découvrir plusieurs textes très intéressants, et surtout, de découvrir des extraits de La Peau de L’ours, et franchement, une envie difficile répressible de le lire a dû envahir tous les spectateurs.

La fin du mois d’août paraît bien lointaine pour attendre de lire ce livre !

Julia Kerninon - buvard - RouergueVoilà les trois points clés du Festival qu’on retient, même si La table ronde autour de l’ouvrage des éditions Inculte Devenir du roman avait un intérêt, les échanges étaient un peu confus, et il faut avouer qu’à la sortie, on a plus envie de découvrir l’oeuvre individuelle des trois auteurs présents autour de cette table ronde (Joy Sorman, Hélène Gaudy et Emmanuel Adely), plutôt que l’ouvrage collectif.

Un regret ? Oui, avoir raté l’entretien de Julia Kerninon. Mais cela n’empêchera pas la lecture de buvard cet été … Vivement les vacances pour avoir du temps pour le lire !

Enfin, si vous voulez connaître le programme détaillé, jour après jour, et savoir si vous serez présents en 2015 :

Le programme détaillé :

Mercredi 16 juillet :

- 17 h 30 : lecture par Emmanuel Adely d’extraits de La Très Bouleversante Confession de l’Homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté, 2014, Editions Inculte
- 18 h 30 : lecture par Laurent Mauvignier d’extraits de Autour du monde, fin août 2014
aux Editions de Minuit
- 20 h 00 : inauguration

Jeudi 17 juillet

11 h 30 : les humeurs apéritives de Gérard Lambert
15 h 00 : Julia Kerninon (entretien avec Bernard Martin)
16 h 00 : Hélène Gaudy (entretien avec Charlotte Desmousseaux)
17 h 00 : Emmanuel Adely (entretien avec Thierry Guichard)
18 h 00 : Emmanuelle Pagano : lecture d’extraits de Nouons-nous avec Laurent Mauvignier
20 h 00 : Valérie Mrejen : entretien avec Alain Nicolas

Vendredi 18 juillet

11 h 30 : les humeurs apéritives de Thierry Guichard
15 h 00 : Conférence Constance Lewallen sur Joe Brainard peintre
16 h 00 : Bill Berkson : lecture bilingue suivie d’un entretien avec Olivier Brossard
17 h 00 : Lecture de Wordpharmacy/ La pharmacie des mots par Morten Sondergaard en anglais et par Olivier Brossard en français
18 h 00 : Laurent Mauvignier – entretien avec Bernard Martin
19 h 00 : table ronde autour de l’ouvrage Devenir du roman, paru aux éditions Inculte
avec des auteurs qui y ont participé : Hélène Gaudy, Emmanuel Adely et Joy Sorman
animée par Guénaël Boutouillet
20 h 30 : Soirée Cinéma – Documentaire de I Wish I Knew (Histoires de Shanghai), de Jia Zhang-ke

Samedi 19 juillet

11 h 30 : les humeurs apéritives de Thierry Guichard
La Baule invite Shanghai : La mégapole chinoise sous le regard d’écrivains français et chinois.
15 h 00 : Celia Levi – entretien avec Bernard Martin
16 h 00 : Chantal Pelletier : lecture suivie d’un entretien avec Bernard Martin
17 h 00 : projection de photos de Shanghai et lecture par Sophie Merceron de textes sur Shanghai
17 h 30 : Wang Zuling et Xue Shu – entretiens avec Bernard Martin
18 h 30 : Celia Levi, Chantal Pelletier, Wang Zuling et Xue Shu, table ronde Shanghai littéraire
20 h 00 : Joy Sorman et Olivier Rocheteau – Lecture, extraits de La peau de l’ours à paraître chez Gallimard en septembre 2014

Dimanche 20 juillet

11 h 30 : Christine Morault des éditions MeMo et Anne Bertier, entretien avec Bernard Martin

A l’année prochaine !!

4 réflexions au sujet de « Ecrivains en bord de mer 2014, en quelques mots »

  1. Comme une bête est le roman dont ma classe et ma moi avons le plus discuté quand nous avons participé au Prix Goncourt des lycéens. ILs l’ont classé deuxième mais il leur a fait posé beaucoup de questions. Nous avions d’ailleurs rencontré l’auteure dans ce cadre.
    J’aime beaucoup ce qu’écrit Laurent Mauvignier, ça doit être passionnant de l’écouter.

    • Ah, toi aussi tu connais Comme une bête ? Je ne la connaissais pas, j’ai découvert Joy Sorman lors de cette rencontre, et ai très envie de lire ces livres ! Je te confirme que Laurent Mauvignier était passionnant, on buvait ses paroles.

  2. Super! tu as dû passer un excellent we! j’adore le concept des humeurs apéritives.
    J’avais beaucoup aimé le dernier Joy Sorman « Comme une bête »

    • Y a bien quelqu’un qui a copié à Paris le concept des humeurs apéritives, non ? ;-)
      Je note pour « comme une bête », mais je vais commencer par Boys, boys, boys d’abord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>