Deux soeurs – David Foenkinos

David FOENKINOS - Deux soeurs - Gallimard

David Foenkinos laissera plus d’un lecteur dubitatif à la lecture de Deux soeurs … Ce roman est-il une parodie réussie de la rupture amoureuse ou un thriller psychologique « décalé » ?

En quelques mots, Etienne quitte Mathilde après une relation amoureuse de cinq ans, pour retourner avec son ex petite amie. Le sujet n’est pas nouveau, mais la manière de raconter semble inhabituelle pour David Foenkinos, qui avait été aérien et touchant avec La Délicatesse (2009), curieux et passionnant avec Charlotte (Prix Renaudot 2014), un gros coup de coeur.

Avec Deux soeurs, c’est très différent.

Certains indices auraient dû faire tilt plus tôt, comme les sms reçus d’une amie très chère « c’est pas très bon objectivement … mais j’aime bien ! » « c’est pas bon, mais … j’adore !!! » « c’est pas bon, ça me plaît », « c’est lourdingue, j’adore ». Difficile d’être plus claire.

Et si David Foenkinos avait fait un choix ? Celui de raconter une parodie de rupture amoureuse, en exagérant chaque ressenti, chaque sentiment, en conservant volontairement des phrases bateaux, des dialogues vides et des « rebondissements » cousus de fil blanc.

C’est kitsch à souhait, à la manière des BD de Fabcaro sur l’amour (Et si l’amour c’était d’aimer, Moins qu’hier plus que demain), c’est tellement caricatural que cela devient drôle, et dans cette perspective, on éloigne le dépit et le sourire surgit à plusieurs reprises.

Quelques exemples parmi d’autres, sachant qu’en « sous-texte », Mathilde, professeure de littérature, fait des références répétées à … L’Education sentimentale de Flaubert :

« elle lui en voulait terriblement » « ils ne pouvaient pas vivre l’un sans l’autre », « certains jours étaient insoutenables »

« il sut à la seconde où il l’aperçut qu’il n’avait jamais cesser de l’aimer » (Quand Etienne revoit son ex)

« Tu dois continuer à vivre », « tu sais que je suis là » (la soeur de Mathilde, Agathe)

- « non, votre histoire n’est pas banale. Chaque souffrance est unique » la psy (évidemment, il y a une psy)

Le livre en regorge. L’humour est là, en filigrane. A plusieurs reprises, la question s’est posée : il ne va quand même pas oser et aller jusque là ? Et si ! David Foenkinos ose et fonce, il n’épargne rien, toutes les formules éculées trouvent leur place. Il enfonce les portes avec panache jusqu’au dénouement qui, une fois le concept d’exagération admis, est conforme à tout le reste. Sans oublier les notes de bas de page, des petites perles.

Mais voilà, quand, juste avant de publier ce billet, je lis sur la page Gallimard des extraits médias parlant de « huis clos terrifiant », de « thriller psychologique », d’un livre « sombre et d’une implacable efficacité », je vérifie, s’agit-il bien du même livre ? Deux soeurs, c’est bien cela.

Je n’ai donc rien compris, je suis passée totalement à côté, j’efface ce billet ? Tant pis, je le laisse. C’est avec la parodie que je me suis détendue, c’est avec cette idée fausse que j’ai passé un bon moment, que j’ai lu ce livre d’une traite et que j’ai beaucoup souri.

Lecture en duo avec Béa, l’amie très chère aux indices très clairs.

David FOENKINOS, Deux soeurs
Gallimard, janvier 2019, 176 pages

12 réflexions sur « Deux soeurs – David Foenkinos »

  1. Comme Jérôme, j’aurais tendance à dire que Foenkinos n’est pas un auteur à la Fabcaro… pas du tout… Mais chaque lecture est personnelle et si tu l’as lu sous cet angle, et bien tant mieux, pour toi, et pour le roman !

  2. M’étonnerait que Foenkinos donne dans la parodie à la Fabcaro ! Je pense depuis longtemps que c’est juste un écrivain médiocre et très surcoté mais je me trompe sans doute^^

  3. Il n’y aurait pas les 3 étoiles, on pourrait penser que ton billet aussi a choisi la parodie ;-)
    Je n’ai pas lu Deux soeurs. Mais j’avais déjà fait ce même reproche sur l’écriture au sujet du précédent, Vers la beauté qui me semblait vraiment trop facile par rapport – comme tu le rappelles – à ce que l’auteur est capable de produire. Je vais passer mon tour sur ce coup…

Répondre à Une Comète Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>