Derrière la porte – Sarah Waters

Sarah Waters - Derrière la porte - Denoël

Que se passe-t-il Derrière la porte de la maison des Wray ? Frances et sa mère semblent vivre le quotidien laborieux des femmes laissées seules après la première guerre mondiale. Mais l’arrivée du couple de sous-locataire, les Barber, va chambouler leur vie et les convenances sociales.

Le livre est découpé en trois parties, assez inégales.

La première partie m’a permise d’entrer très vite dans le roman. J’ai trouvé la mise en place des personnages – le caractère austère de Frances et la bienveillance de sa mère – la venue du couple Leonard et Lilian Barber, ainsi que les liens entre tous les habitants de la maison bien réussis. J’ai vraiment aimé entrer dans cette Angleterre des années 1920, même si j’aurais préféré un contexte historique moins survolé.

J’étais cependant très bien dans ma lecture jusqu’à l’arrivée de la romance, à laquelle je n’ai pas cru une seconde. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe, sans finesse et manque totalement de crédibilité et de réalisme. De plus, le caractère des personnages se met à changer, comme si Sarah Waters se mettait à raconter une autre histoire ou qu’elle avait eu des difficultés à maintenir son cap.

La troisième et dernière partie, une intrigue policière, redonne du tonus à ce pavé romanesque, mais ne rend pas l’histoire plus crédible. Bien au contraire. Certains passages sont tellement fabriqués, avec une enquête qui manque tellement de consistance, que je me suis mise à regretter le début du livre. Pourtant, j’étais en attente de la fin de l’enquête, le suspens était donc présent, mais j’ai trouvé que cela ne fonctionnait pas vraiment, que certains passages étaient trop répétitifs (parfois un peu bêta) et que la fin était ratée.

Malgré tout, je suis contente d’avoir découvert cette auteure, et si pour les connaisseurs, ce livre n’est visiblement pas son meilleur, je pense que je me laisserais tenter plus tard par un autre, peut-être par Du bout des doigts ?

Les avis de Cachou, Canel et Eva.

Les premières lignes :

Les Barber avaient dit qu’ils arriveraient vers trois heures. C’était comme d’attendre avant un départ en voyage, se dit Frances. Sa mère et elle avaient passé la matinée les yeux rivés sur la pendule, incapables de se détendre.

La 4 de couverture des éditions Denoël :
(ou lien direct site Denoël)

Angleterre, 1922. La guerre a laissé un monde sans hommes. Frances, vingt-six ans, promise à un avenir de vieille fille revêche, habite une grande maison dans une banlieue paisible de Londres avec sa mère. Pour payer leurs dettes, elles doivent sous-louer un étage. L’arrivée de Lilian et de Leonard Barber, tout juste mariés, va bousculer leurs habitudes mais aussi leur sens des convenances. Frances découvre, inquiète et fascinée, le mode de vie des nouveaux arrivants : rires, éclats de voix, musique du gramophone fusent à tous les étages. Une relation inattendue entre Frances et Lilian va bouleverser l’harmonie qui régnait dans la maison. Dans les bras de Lil, Frances découvre des plaisirs qu’elle croyait interdits, et les deux jeunes femmes songent bientôt à tout quitter pour vivre ensemble. Mais lorsque Lil découvre qu’elle est enceinte…

Sarah Waters revisite les codes du roman de classe cher à la tradition britannique et dépeint un Londres en pleine tourmente dans un mélodrame sensuel et envoûtant.

challenge-un-pave-par-moisA year in EnglandSarah WATERS
Derrière la porte
Traduit de l’anglais par Alain Defossé
Denoël, avril 2015, 704 pages
VO : 2014, The Paying Guests

21 réflexions au sujet de « Derrière la porte – Sarah Waters »

  1. Mince, tu n’es pas la seule à donner une critique mitigée du nouveau Sarah Waters. Je n’ai pas encore lu « Du bout des doigts », j’ai lu « Affinités » qui ne m’avait pas enthousiasmée et « L’indésirable » qui était plus à mon goût.

    • Tiens, tu es la première à me parler de L’indésirable, mais je ne sais pas si c’est parce qu’il n’était pas au goût des autres lectrices, ou si c’est parce qu’elles ne l’ont pas lu …

  2. J’avais beaucoup aimé Du bout des doigts et Caresser le velours, j’ai été déçue par Ronde de nuit, j’ai bien peur que derrière la porte soit une déception aussi, je ne le lirai probablement pas, et vos avis dans la dernière émission des bibliomaniacs tout comme ton billet me confortent dans cette position :)

    • Entre le moment de l’émission et celui où j’ai rédigé le billet, je me suis assagie ;-) Maintenant, j’ai envie d’en lire un autre car, visiblement, elle a écrit des romans meilleurs, et c’est dommage de découvrir un auteur sur un roman qu’elle a moins réussi.

    • Je ne connaissais pas non plus, et je suis entièrement d’accord. J’ai eu l’impression également en le commençant d’un livre vraiment prometteur, c’est dommage en effet qu’il ne remplit pas toutes les attentes.

  3. J’avais adoré Du bout des doigts, beaucoup moins (ennui!!) Affinity, et apprécié sans plus The little stranger. J’a toujours Caresser le velours dans ma pal, mais ce n’est clairement pas une priorité;

    • Plusieurs personnes trouvent que ce n’est pas son meilleur … Je me disais aussi que je m’arrêterai là à la fin de ma lecture, et le temps passant, j’ai envie de rester sur une note plus positive et de découvrir le meilleur de cette auteure, même si les avis divergent, je me laisserai probablement tenter un jour.

  4. Je l’ai reçu mais encore lu (shame on me) ! J’ai lu et beaucoup aimé Caresser le velours mais j’ai préféré Du bout des doigts contrairement à Keisha et Indira ;)

  5. D’après-moi tu devrais lire Caresser le velours. C’est son premier roman et de loin son meilleur. Du bout des doigts est aussi pas mal mais en effet un brin lent.

  6. J’avais commencé Du bout des doigts (pour l’atmosphère victorienne) et suis tombée sur les thèmes de prédilection de l’auteur, je voulais autre chose, j’ai abandonné. Je sens qu’elle continue dans ce roman ci…et si en plus ce n’est pas palpitant…

    • Bon, moi qui pensais que Du bout des doigts était mieux … Je t’avoue que j’ai fait une pause en cours de lecture, et j’ai bien fait, à la reprise, après un petit break, j’ai pu terminer le livre sans m’ennuyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>