Le Dernier Jour d’un Condamné – Victor Hugo

Victor Hugo - Le Dernier Jour d'un Condamné - Folio Coup de coeur !

Le Dernier Jour d’un Condamné est un roman essentiel contre la peine de mort, aux côtés des ouvrages de Robert Badinter bien sûr, mais aussi du passionnant Réflexions contre la peine capitale d’Albert Camus et Koestler.

Rédigé sous la forme d’un journal, ce roman poignant aurait pu s’appeler « Vingt quatre heures de la vie d’un homme condamné ». Du condamné, on ne saura rien, ni du crime commis, ce qui renforce d’autant plus le message de Victor Hugo. L’abolition de la peine de mort est inconditionnelle, c’est un principe intangible du respect de la vie humaine, et s’applique à tous, sans distinction selon le crime commis, sans différence selon la catégorie sociale.

Pas de détails, pas d’historiettes ou d’anecdotes venant romancer ou alléger le propos. Ce plaidoyer ou réquisitoire est extrêmement fort et poignant et se lit d’une traite. C’est un roman, mais toute superficialité est écartée et cela transpire de vérité. Il est impossible de ne pas être touché par un tel livre intemporel publié il y a près de 200 ans (1829) et qui parait terriblement contemporain.

Dans ce roman – le troisième en prose après Bug-Jargal et Hans d’Islande -, Victor Hugo entre dans la tête d’un homme, comme dans un huis-clos intérieur. Il est au coeur de l’humain, au coeur de celui qui va perdre la vie le lendemain. Il va droit au but et son propos sensible tombe diablement juste. Ce livre sort presque du romanesque pour toucher du doigt la réalité de la condition humaine. C’est un livre magnifique et très puissant à lire absolument.

Challenge Victor HugoRelecture dans le cadre du challenge Victor Hugo chez Claudialucia et Moglug et confirmation que Le Dernier Jour d’un Condamné est l’un de mes livres préférés.

Et quand je lis qu’à la suite d’un sondage récent, 52% des français sont favorables à la peine de mort …

Les premières lignes (sans les préfaces) :

Condamné à mort !
Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids !
Autrefois, car il me semble qu’il y a plutôt des années que des semaines, j’étais un homme comme un autre homme.

La 4e de couverture des éditions Folio Classique :
(ou lien direct Site Gallimard)

Victor Hugo a vingt-six ans quand il écrit, en deux mois et demi, Le Dernier Jour d’un Condamné, roman qui constitue sans doute le réquisitoire le plus véhément jamais prononcé contre la peine de mort.
Nous ne saurons pas qui est le Condamné, nous ne saurons rien du crime qu’il a commis. Car le propos de l’auteur n’est pas d’entrer dans un débat mais d’exhiber l’horreur et l’absurdité de la situation dans laquelle se trouve n’importe quel homme à qui l’on va trancher le cou dans quelques heures.
Ce roman – aux accents souvent étrangement modernes – a une telle puissance de suggestion que le lecteur finit par s’identifier au narrateur dont il partage tour à tour l’angoisse et les vaines espérances. Jusqu’aux dernières lignes du livre, le génie de Victor Hugo nous fait participer à une attente effarée : celle du bruit grinçant que fera le couperet se précipitant dans les rails de la guillotine.
Quiconque aura lu ce livre n’oubliera plus jamais cette saisissante leçon d’écriture et d’humanité.

Victor HUGO (1802-1885)
Le Dernier Jour d’un Condamné
Publié en 1829
Edition présentée :
Folio Classique, Juin 2000, 204 pages

Challenge un classique par moisChallenge XIXeLe mélange des genres

16 réflexions au sujet de « Le Dernier Jour d’un Condamné – Victor Hugo »

  1. Un classique que j’ai adoré et que j’ai vu également en adaptation au théâtre. C’est fou comme il arrive à nous montrer la folie qui gagne le personnage face à ce supplice qu’il sent petit à petit arriver !

  2. Un très beau livre, en effet! Je le préfère à celui que j’ai lu, Claude Gueux qui est plus démonstratif mais qui est important aussi par les thèmes qu’il développe.
    La peine de mort n’a été supprimée qu’en 1981 et 52 de la population est encore favorable à la peine de mort de nos jours!! Malgré nos révolutions, on est un peuple réac!

    • Il y a eu une augmentation du pourcentage par rapport à l’année dernière, c’est flippant … Je lirai Claude Gueux aussi, pour un autre rendez-vous du Challenge par exemple, et je vais aller lire ton avis avec grande curiosité.

  3. Ce livre a marqué mon adolescence, je l’ai étudié en première, j’ai été interrogée dessus au bac blanc de français … Je l’ai beaucoup apprécié et me souviens toujours de cette citation: « Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée. » … Merci Victor Hugo ;)

    • Bravo pour la citation Tiphanie. Je n’ai aucun souvenir d’avoir étudié Victor Hugo au Lycée, et c’est bien dommage. C’est une chance d’avoir eu ce livre magnifique, au moins, ce n’est pas une lecture corvée ;-)

  4. Un livre très fort que j’ai lu adolescente. Un livre qui marque, assurément, et qui ferait bien d’être lu plus souvent, plus généralement, au vu du sondage que tu mentionnes…

    • Oui, et je suis atterrée par ce sondage, je ne comprends tellement pas qu’on puisse militer pour la peine de mort que ça me dépasse totalement.

  5. C’est un classique que j’ai lu il y a quelques années et que j’avais tellement aimé que je l’ai gardé sur ma bibliothèque dans le but de le relire un jour.
    Je ne savais pas pour ce sondage mais si c’est encore un sondage où seulement 1000 français ont été interrogés… on peut au moins se dire qu’il est peu probable qu’il soit représentatif de quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>