Community – Estelle Nollet

Estelle NOLLET - Community - Albin Michel

Dans Community, Estelle Nollet nous transporte sur le Marion Dufresne avant d’arriver sur la base scientifique de New Aberdeen, au milieu de l’océan austral. Les individualités doivent s’adapter à la vie d’un groupe loin de tout.

Estelle Nollet utilise son expérience personnelle pour écrire des romans vivants, dans lesquels elle réussit à faire vivre des personnalités différentes, aussi bien à travers le groupe que dans la profondeur de la personnalité et de l’intimité de chacun.

Quand j’étais vivant était le résultat superbe (un coup de coeur !) d’une année passée en Afrique du Sud (notamment dans la réserve Shamwari avec des rangers) et à Madagascar.

En 2016, elle embarque en direction des Terres Australes Françaises et restera 4 mois sur la base de l’île d’Amsterdam. C’est alors qu’elle commence à écrire Community. Vivant avec et aux côtés de scientifiques, elle transpose avec réussite l’intérêt de ses passionnés pour la protection de la nature, explique leur choix de s’isoler, partage leur passion pour des domaines scientifiques d’hyper-spécialisés, le baguage des oiseaux ou le comptage des otaries par exemple.

Le quotidien sur la base est passionnante, j’ai adoré l’histoire avec les collectionneurs de timbres, la question de l’envoi des lettres, du contact avec « la terre », le ravitaillement tous les 6 mois, parfois plus, les inquiétudes de chacun, les petits détails de tous les jours, bref, la vie en communauté isolée de dix personnes avec ses couacs et difficultés est ce qui fait le sel de ce roman.

Ce n’est donc pas grave si la deuxième partie du roman, avec le « dénouement » et le passage d’une expérience vécue vers plus de romanesque et de rebondissements est moins convaincant, ce roman reste une jolie plongée au milieu de l’océan austral.

Qui est Estelle Nollet en quelques mots :

Née en 1977 à Bangui (République Centrafricaine), ses parents baroudeurs lui ont transmis l’amour du voyage. Conceptrice-rédactrice dans la publicité, monitrice de plongée, elle voyage et a écrit 4 romans. Le premier On ne boit pas les rats-kangourous (2009), a été suivi de Le bon, la brute, etc. et de Quand j’étais vivant. En savoir plus sur l’auteur, via le site d’Estelle Nollet


Les premières lignes :
(Lire un extrait plus long)

Il y a des jobs auxquels on ne peut pas dire non. Celui-là, je l’avais eu par piston. Plutôt par chance. Ou par malchance, c’est comme on veut. C’est mon ami Francis qui aurait dû partir, mais il s’était cassé la jambes deux semaines avant de monter sur le bateau.

La présentation des éditions Albin Michel :

Lorsque huit hommes et deux femmes s’installent sur la base scientifique de New Aberdeen, en plein océan austral, au milieu des otaries à fourrure, des albatros, des gorfous et des skuas, aucun d’entre eux ne s’attend à jouer les Robinson Crusoé du XXIè siècle. Mais dans cet écosystème coupé du monde, même les plus passionnés par l’observation des espèces rares dont l’îlot est le dernier repaire finiront par se concentrer sur leur propre survie. Qui résistera à l’aventure ? C’est tout l’enjeu de ce huis clos dramatique porté avec empathie par une écriture sans concession.

Reconnue dès son premier roman, On ne boit pas les rats kangourous, Estelle Nollet poursuit une œuvre tonique et singulière entre littérature de voyage et roman d’anticipation.


Estelle NOLLET
Community
Albin Michel, janvier 2018, 266 p.

RL2018 n°7 – Challenge rentrée littéraire janvier 2018

8 réflexions au sujet de « Community – Estelle Nollet »

  1. J’ai lu un article très élogieux hier sur ce roman, dans le Monde des Livres. Ton avis tempère un peu… ;-)
    Sinon, je plussoie le commentaire d’Ariane : il faut lire le magnifique Farallon Islands d’Abby Geni !

Répondre à Kathel Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>