Comme une bête – Joy Sorman

Joy Sorman - Comme une bête - Gallimard

Pim est un jeune homme qui va devenir boucher, qui va non seulement en faire son métier, mais cela va surtout devenir une vraie passion.

La vie d’un boucher, cela ne parait pas très porteur comme ça.

Eh bien, Joy Sorman réussit à écrire un livre passionnant !

Elle entre dans la peau de Pim comme si elle y était. Des études aux exercices pratiques, des abattoirs à la visite de Rungis, de la mise à la mort à la découpe des carcasses, tout y passe.

A certains moments, une grimace de dégoût peut s’inscrire sur le visage du lecteur …

C’est que la description en détail de la façon dont cela se passe dans un abattoir, comment le sang gicle, l’animal crie, comment la viande est découpée avant d’être vendue …, c’est à en devenir végétarien !

C’est très réaliste, très juste et donc très prenant. D’autant que Pim a tout du gentil garçon, il les aime les animaux, il aime les vaches, vivantes, mortes, en carcasse, en filet ou en steak. Il les aime, un point c’est tout.

Sous forme de conte contemporain, mêlant réalisme et fable pour adulte, Joy Sorman crée un livre très fort, et d’une grande originalité, dans un style qui reste très personnel et très percutant.

C’était un enchantement de découvrir Boys, boys, boys, c’est un plaisir de lire Comme une bête, qui a par ailleurs été distingué par deux prix littéraires.

Bien sûr, à venir le suivant, La peau de l’ours !

Prix littéraires :
Prix François-Mauriac de l’Académie Française 2013
Prix Georges Brassens 2012


Les premières lignes de Comme une bête :

Dès la première image il est dans le plan, ceint de blanc et de dignité, couteau à la main. On n’aperçoit d’abord que son torse barré d’un tablier, ses mains gantées de métal.

Joy Sorman - Comme une bête - Folio

La présentation par l’éditeur :

« Pim passe sa main partout où il peut, identifie à haute voix le jarret, la côte première et le filet mignon – les mots la font rire et puis moins quand il passe à la tranche grasse et au cuisseau. Le corps de l’apprenti ankylosé par des jours de découpe, de désossage et de nettoyage se détend enfin, s’assouplit, ses mains se décrispent, la chair est mobile, la peau se griffe, le sang détale dans les veines, il pose ses doigts sur les tempes de la fille, ça pulse. »

Comme une bête est l’histoire d’un jeune homme qui aime les vaches au point de devenir boucher.


Joy SORMAN
Comme une bête
Parution : Août 2012 – Gallimard / Janvier 2014 – Folio n°5698

2 réflexions au sujet de « Comme une bête – Joy Sorman »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>