Code 1879, les enquêtes du généalogiste – Dan Waddell

Dan Waddell - Code 1879 - Rouergue noir

Code 1879 est le premier roman policier d’une série, où le personnage principal est un généalogiste. Si l’originalité est au rendez-vous, ce roman ne remplit cependant pas totalement les attentes.

Les premières pages du livre présentent tout de suite, un matin londonien à l’aube, un corps poignardé sans main et l’équipe d’inspecteurs que l’on va retrouver au fil des pages : l’inspecteur Principal Grant Foster, l’inspecteur Drinkwater (qui ne boit en effet que de l’eau) et l’inspectrice Heather Jenkins. Mais le personnage central du roman est ici un généalogiste Nigel Barnes, qui va assister l’équipe dans le cadre d’une enquête criminelle.

Pourquoi fait-on appel à Nigel Barnes ? Car sur la poitrine d’une victime, le code 1A137 est inscrit, code qui fait référence aux index de registres administratifs. La recherche de l’assassin va donc s’effectuer dans un perpétuel aller-retour entre le passé et le présent. Car dans cette enquête, le passé joue un rôle considérable, si ce n’est majeur.

L’idée de centrer l’enquête autour d’un généalogiste est intéressante et originale, et on se rend bien compte que les nombreux détails fournis correspondent bien aux dédales d’une recherche réelle. Dan Waddell, étant lui même intéressé par la généalogie, sait indéniablement de quoi il parle. Cependant, à trop vouloir détailler, l’ennui s’installe. Les pages de descriptions sur l’ouverture d’un registre à l’autre, la recherche des dates, des noms, auraient pu être synthétisées : on comprend bien que ce travail est fastidieux, et la lecture du livre devient parfois aussi poussive que les recherches effectuées.

Certains rebondissements relancent cependant l’action et redonnent un peu de dynamisme à l’enquête lorsqu’elle s’endort. Une baisse de rythme est souvent relancée à bon escient, au bon moment. Mais comme la psychologie des personnages n’est pas développée, on se retrouve en réalité dans une enquête très factuelle, qui manque parfois de cohérence, écrite dans un style qui n’est pas désagréable, mais tout de même assez banal.

En fait, il en ressort le sentiment qu’il aurait pu s’agir d’un très bon policier, mais que les bonnes idées, les allers-retours entre le passé et le présent, l’importance de la généalogie et les instants de tension narrative, ne prennent pas suffisamment le dessus et l’impression d’insatisfaction domine.

Si ce policier n’est pas un chef d’oeuvre, il laisse cependant présumer que Dan Waddell a tout ce qu’il faut pour nous offrir une suite intéressante de sa série Les enquêtes du généalogiste.

Les premières lignes du roman Code 1879, les enquêtes du généalogiste :

Affichant le sourire un peu niais qui distingue les éméchés des sobres, Bertie quitta le Prince Albert sur Pembridge Road. Il sentit immédiatement la morsure du froid sur son visage. Cela le réveilla ; après les rigueurs d’une semaine de travail, le fait de se remplir le ventre de bière et la chaleur agréable du feu du pub l’avaient aidé à oublier à quel point on se gelait à l’extérieur, même si tous ceux qui venaient boire un verre ne parlaient que de ça entre leurs lèvres gercées.

Dan Waddell - Code 1879 - Babel noirLa présentation éditeur du roman Code 1879, les enquêtes du généalogiste :

Le cadavre d’un homme poignardé et amputé des deux mains vient d’être découvert, abandonné dans un cimetière de l’ouest londonien. Lors de l’autopsie, l’inspecteur Grant Foster remarque, gravée au couteau dans la peau de la victime, une inscription énigmatique pour l’interprétation de laquelle il fait appel à Nigel Barnes, généalogiste professionnel. Alors qu’un deuxième corps est identifié comme étant l’oeuvre du même assassin, leurs recherches vont les plonger dans les bas-fonds du Londres victorien et les conduire dans les méandres obscurs d’une affaire criminelle de la fin du XIXe siècle qui semble liée aux meurtres. Si leur intuition se confirme, d’autres victimes sont à redouter…

Dan WADDELL, Code 1879, les enquêtes du généalogiste
Traduit de l’anglais par Jean-René Dastugue
Parution : Octobre 2010 – Rouergue Noir / Janvier 2012 – Babel Noir n°57
Original : 2008, The Blood Detective

__________________________________________________________
(Dernière mise à jour : 23/04/2014)

2 réflexions au sujet de « Code 1879, les enquêtes du généalogiste – Dan Waddell »

  1. Voilà ton billet! En effet, on demeure dans le classicisme, tout se goupille trop bien parfois, mais c’est l’occasion de passer un bon moment, non?

    • Je n’ai pas passé un mauvais moment, mais je m’attendais à un peu mieux :-) Je vais cependant tenter le suivant quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>