Clair de femme, Romain Gary

Romain Gary - Clair de femme - Folio

Clair de femme est une histoire de rencontre impact : lui, c’est Michel, il lui rentre dedans et renverse ses courses sur le trottoir. Elle, c’est Lydia. Ils ne sont plus dans leur première jeunesse, plutôt dans celle de la mélancolie, de la tristesse, mais oui, de l’amour aussi.

Ce qui est très marquant dans ce livre, c’est comment une rencontre banale peut avoir l’effet d’un aimant, sans au départ que l’on puisse vraiment expliquer pourquoi. Peut-être qu’au départ, il s’agissait uniquement de remplir un vide, de remplir le temps qui passe, de combler la douleur.

Et l’intérêt de ce tout petit livre, outre la plume de Romain Gary, c’est cette relation d’adulte, ces échanges sincères sur ce que l’on ressent, sans se mentir, sur ce qu’il se passe entre un homme et une femme, sans se mentir non plus sur la relation des corps, sans se mentir sur son passé, car le temps de l’innocence et de l’adolescence est fini, c’est maintenant le temps de la maturité.

La rencontre est banale, mais elle n’est pas légère. Michel et Lydia s’interrogent – Lydia surtout – est-elle encore capable d’aimer ? de partager ? Que faire de sa douleur, de cette perte qui plombe tout, mais surtout, que faire de ce bouleversement, de cette douceur inattendue qui vous tombe dessus …

Clair de femme est un livre lourd, mais un agréable moment de lecture qui oscille entre douleur et plaisir, mais qui fait surtout renaître l’espoir et revivre l’amour.

Clair de femme - Costa GavrasCe livre publié en 1977 a fait l’objet d’une adaptation cinéma par et avec des grands du cinéma.

Réalisateur : Costa Gavras
1979
Avec Romy Schneider et Yves Montant.


Présentation éditeur Folio (ou lien site) :

Ce roman est un chant d’amour à cette «troisième dimension» de l’homme et de la femme : le couple.
L’union de Yannick et Michel est rompue par un destin inéluctable. Mais un désespoir d’amour qui désespérerait de l’amour est pour eux une contradiction qu’ils ne peuvent admettre. Il faut donc triompher de la mort. Yannick dit à Michel : «Je vais disparaître, mais je veux rester femme. Je te serai une autre. Va vers elle. Va à la rencontre d’une autre patrie féminine. La plus cruelle façon de m’oublier, ce serait de ne plus aimer.» Et c’est ainsi qu’apparaît Lydia et que se reformera, dans une célébration passionnée, au-delà de l’éphémère, la patrie du couple, où «tout ce qui est féminin est homme, tout ce qui est masculin est femme».

La première ligne de Clair de femme :

Je descendais du taxi et la heurtai, avec ses paquets, en ouvrant la portière : pain, oeufs, lait se répandirent sur le trottoir – et c’est ainsi que nous nous sommes rencontrés, sous la petite pluie fine qui s’ennuyait.

Romain GARY, Clair de femme
Parution : Février 1977, Gallimard / Avril 1982, Folio n°1367, 184 pages

___________________________________
(Dernière mise à jour : 04/12/2014)

2 réflexions sur « Clair de femme, Romain Gary »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *