Cherchez la femme – Alice Ferney

Alice Ferney - Chercher la femme - Actes Sud

Cherchez la femme est un roman fleuve sur les liens familiaux, les rapports d’amour et de force, sur le mariage, sur la désillusion surtout.

On commencera à suivre Nina jeune fille, qui a la tête pleine d’illusions sur l’amour, le mariage, sur la liberté que cela lui apportera, sur ce qu’elle fera de grandiose de sa vie. Elle épousera Vladimir, ingénieur des Mines, de 11 ans plus âgé, et aura deux garçons. Vite, l’amour n’est plus là, mais le quotidien. Ils partiront à l’étranger, au Canada, au Maroc, elle brillera dans les soirées, se sentira exister dans les mondanités. Mais le retour en France sera rude. Sa vie devient vide de sens, elle aimerait en faire quelque chose, mais reste là, avec le temps qui passe, ses rancœurs, des espoirs déçus, et préfère se lamenter, crier, et puis boire, pour oublier. Elle a quand même Serge, le fils aîné, tant aimé et adulé.

Serge aussi se mariera, avec Marianne, et sa vie de couple ne sera pas plus réussie que celle de sa mère, ni semble-t-il que celle de la mère de Marianne. Pourtant, ce sont des femmes, avec des particularités très marquées, des couples, avec des schémas très différents.

Ce roman ne contient pas de faits particuliers, pas de suspens, c’est simplement le déroulé de l’existence, le quotidien du couple et de la famille dans ses plus infimes détails. Le livre fait près de 550 pages, est très dense, et toutes les pensées et événements sont analysés et détaillés de manière précise. C’est un roman très long, très lent et qui laisse s’écouler doucement les faits et événements.

Certes, il aurait peut-être mérité certains allègements. Malgré cela, c’est un excellent roman. Ce qui est particulièrement réussi, c’est la manière toujours critique, plus ou moins directement, de raconter avec subtilité chaque événement (un déjeuner de famille, une scène de jalousie …) avec un regard tranchant et caustique, voire ironique, qui fonctionne très bien.

Grand Prix des lectrices Elle
Grand Prix des Lectrices ELLE 2014
Sélection catégorie Roman


Et aussi l’avis d’autres lectrices :
Celui de Galéa, de Sous les Galets

Les premières lignes de Cherchez la femme :

A la source, avant la longueur de la vie, il y a le désir mordant d’un homme vaillant comme sa jeunesse : Vladimir Korol devant la poitrine épanouie d’une fille de quinze ans.

La fille dansait. Dansottait serait le terme le plus approprié, car l’ensemble était médiocre, d’une grâce gentillette. La fille dansottait et le musicien était saisi.

La présentation de l’éditeur Actes Sud de Cherchez la femme :

Serge est brillant, entreprenant, narcissique. Marianne est sincère, ardente, déterminée au bonheur. Cherchez la femme raconte “l’histoire totale” de leur couple. Sous les yeux du lecteur, il se forme, s’établit, procrée, s’épanouit, subit l’épreuve du temps et la déchirure de l’infidélité…

Nos destinées affectives sont-elles libres ? De quel poids pèsent les rêves et les échecs de la génération précédente ? Quelles forces obscures (le passé, l’enfance, l’origine sociale, l’argent, la carrière professionnelle, les convictions, les valeurs) sont à l’oeuvre dans la vie conjugale et menacent cet entrelacs fragile de deux solitudes engagées l’une envers l’autre ?
En forme d’étude de caractères, Cherchez la femme est un livre captivant, plein d’intelligence et d’humour, qui démonte a posteriori les mécanismes délicats d’un mariage et, ce faisant, dévoile à ses personnages les secrets de leur modeste épopée. Avec une écriture passionnée, Alice Ferney observe le stupéfiant voyage du couple, ses ravissements et ses dépressions, ses défenses et ses décompositions. Elle retrouve les mots de l’illusion et ceux de la querelle, ceux du rapprochement et ceux de la défaite. Ceux surtout qui permettent de répondre à la question que l’état de grâce renvoie toujours aux lendemains : qu’est-ce que “s’aimer” veut dire ?

Alice FERNEY, Cherchez la femme
Parution : Mars 2013 – Actes Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *