Une chance folle – Anne Godard

Anne Godard - Une chance folle - Editions de Minuit

Il a fallu dix ans à Anne Godard pour publier son deuxième roman, finement travaillé et ciselé sur la lame de la vie et de la douleur. Madga est un bébé de 9 mois quand son corps est brulé par l’eau de la bouilloire. Elle raconte. Son visage n’est pas touché. Une chance folle.

Ecrit à la première personne du singulier, le lecteur entre dans la vie de Magda avec la sensation de ne pas être à sa place. Un certain malaise et une tension indistincte s’installent dès le début du livre.

L’écriture d’Anne Godard est tendue, dense et on ressent une sorte d’urgence dans la narration. Les jeunes souvenirs de Madga sont en réalité ceux de sa mère, elle ne peut bien évidemment se souvenir des faits lorsqu’elle avait 9 mois. Mais elle a reconstitué, s’est créée une histoire qui correspond à celle qu’on veut lui faire vivre. Au fil des années, des interventions chirurgicales, des cicatrices de la vie, elle tente de s’inscrire dans la sienne, mais aussi celle des autres.

Car derrière l’apparence, c’est toute l’intimité d’une famille, sa place par rapport à sa soeur, son frère, les blessures ouvertes et purulentes qui ne se referment pas, qui gangrènent et se taisent. La culpabilité des uns, la difficulté d’accepter des autres tentent de lever le voile sur les blessures que l’on tente de panser, sur les pensées que l’on essaie de cacher. Derrière de jolies formules (comme cette dernière), des phrases bien tournées, un style fort et incisif, Anne Godard effleure, creuse et interroge la jeune fille que devient Madga, son combat pour exister.

Un roman vraiment marquant, où le bonheur et le bien-être sont proches de l’absence. Il faut arriver au point final pour comprendre que oui, peut-être, Madga a Une chance folle.

Anne Godard en quelques mots :

Anne Godard est née en 1971 à Paris. Elle enseigne la langue et la littérature françaises à la Sorbonne-Nouvelle (Paris 3). Elle vit à Tours. Elle a obtenu le Grand Prix RTL/Lire 2006 pour L’Inconsolable, son premier roman paru aux éditions de Minuit en 2006.

Prix littéraire :
Sélection du Prix Médicis 2017
Sélection du Prix Le Monde 2017


Les premières lignes d’Une chance folle :
(ou lire un extrait plus long)

Maintenant, je ne sais plus par où commencer, par où recommencer, puisque c’est toujours déjà dit mille fois, à en vomir tellement je me la suis passée en travers de la gorge, mâchée et remâchée, cette histoire, les joues pleines, à saliver pour l’amollir, à sentir qu’elle m’asséchait la bouche, les lèvres, tandis que mes yeux, sans effort, se mouillaient, la gorge soudain si dure, si serrée, que je ne pouvais plus articuler ni avaler

Présentation des éditions de Minuit :

Magda a été gravement brûlée lorsqu’elle avait quelques mois. Elle ne se souvient pas de l’accident, mais sa mère en a noté les circonstances dans un carnet. Toute son enfance, les opérations, les pansements, les cures thermales se succèdent. Sa mère se consacre à elle, on lui dit qu’elle est bien soignée. En somme, elle a une chance folle.


Anne GODARD
Une chance folle
Minuit, 2017, 144 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>