Tout ce qu’on ne s’est jamais dit – Céleste NG

Celeste NG - Tout ce qu'on ne s'est jamais dit - Sonatine

Surtout, ne pas s’arrêter au titre : Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est un roman bien plus profond et intéressant sur l’intégration sociale et la vie de famille que le titre peut laisser paraître.

Ne pas non plus s’attendre à un roman policier, en dépit de la couverture et de la publication par les éditions Sonatine. Ce n’est pas le cas. Même si le livre commence tout de suite par l’annonce de la mort de Lydia, 16 ans, l’adolescente de la famille Lee, l’enquête ne constitue pas le principal intérêt de ce roman.

Son intérêt est ailleurs.

Dans la finesse de la lente construction et du suspens latent autour de la mort de cette adolescente. Dans une découverte de la réalité qui se dévoile de manière fine et subtile. Dans le huis clos familial qui va se développer et faire surgir les attentes personnelles de chacun, des parents, des enfants. Dans une prise de position qui fera plus ou moins écho à l’intime du lecteur et à sa propre expérience, comme acteur, observateur, parent ou adolescent.

Mais ce n’est pas tout. Le style est parfaitement abouti, la profondeur psychologique parfaitement maîtrisée, et la relation entre les membres de la famille analysée et exploitée de manière très habile et réaliste. Sans oublier que c’est avec un regard affûté – qui semble lié en partie à une expérience personnelle – que Céleste NG tourne autour du thème de la différence et de l’affirmation de soi.

PRIX RELAY LOGOSélectionné dans le cadre du Prix Relay des Voyageurs Lecteurs 2016, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit est un premier roman marquant, envoûtant, qui se dévore. Très belle découverte.

Les avis de Clara, Kathel, Caroline, Sylire, Eva et Cajou.


Les premières lignes de Tout ce qu’on ne s’est jamais dit :

Lydia est morte. Mais ils ne le savent pas encore. 3 mai 1977, six heures trente du matin, personne ne sait rien hormis ce détail inoffensif : Lydia est en retard pour le petit déjeuner.

La présentation des éditions Sonatine :

Lydia est morte.
Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l’ignore encore… Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu’elle n’a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d’université d’origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu’il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus. Mais le corps de Lydia gît au fond d’un lac.
Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l’adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés.
Bien sûr, Tout ce qu’on ne s’est jamais dit distille un suspense d’une rare efficacité. Mais ce livre qu’on garde en soi très longtemps est bien plus que cela. Celeste Ng aborde la violence de la dynamique familiale et le malaise adolescent, avec une intensité exceptionnelle qui évoque l’univers de Laura Kasischke. En distinguant cette œuvre envoûtante comme l’un des meilleurs romans de l’année, les critiques anglo-saxons ont salué la naissance d’un écrivain majeur et fait le succès du livre, vendu à plus d’un million d’exemplaires.


Céleste NG
Tout ce qu’on ne s’est jamais dit
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Fabrice Pointeau
Sonatine, Mars 2016, 320 pages.
VO : Every Thing I never Told You

30 réflexions au sujet de « Tout ce qu’on ne s’est jamais dit – Céleste NG »

  1. Je viens de le refermer et c’est une histoire qui poursuit sans aucun doute, qui laisse des traces… Cela fait bien longtemps que je n’ai pas été captivée de la sorte!

  2. Je viens aussi de le finir et j’ai vraiment adoré alors que le thème ne m’attirait pas tant que ça. Je suis du coup tout à fait d’accord avec ton billet. C’est fin, subtil et maîtrisé… et c’est un premier roman. Franchement, chapeau!

  3. j’avais beaucoup aimé ce roman très subtil en effet. Une superbe découverte d’autant plus surprenante que je m’attendais à un polar et non pas à ce beau portrait de famille

    • Moi aussi, je suis « conditionnée » : Sonatine + pochette noire = polar, encore plus quand l’histoire commence par un décès ! La surprise est d’autant plus étonnante.

  4. J’ai adoré ce roman plus psychologique que policier selon moi. Magnifique roman sur la différence et sur le poids des pressions familiales.
    Au fait, ravie de te retrouver Laure !
    Tu recenses toujours les liens de la rentrée littéraire de janvier?

      • J’avoue que comme toi la couverture, le titre, rien ne me tentait ! Maintenant tous vos avis positifs me poussent à penser le contraire. Voilà le vrai boulot des blogueurs : dénicher les pépites derrière les couvertures ou les titres passables ;-)

  5. Ah, on l’a lu en même temps, je viens de poster mon billet !
    Je partage entièrement tout ce que tu dis.
    Et je vais de ce pas déposer le lien dans la rubrique rentrée littéraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>