Boys, boys, boys – Joy Sorman

Joy Sorman - Boys, boys, boys - Gallimard Coup de coeur !

Dans ce premier roman, Joy Sorman parle d’elle, de sa difficulté d’exister en tant que femme née dans les années 1970, dans un monde stéréotypé, avec des codes sociaux et des principes très ancrés, de sa relation aux garçons.

Elle se dévoile énormément, mais en même temps, avec beaucoup de pudeur et de finesse, et c’est ce qui le rend si juste et si percutant.

Ces questionnements de femme, de garçon manqué, qui se cherche dans sa vie, son être, sa sexualité, sont très puissants et en même temps, restent très intrigants.

Elle veut du vrai, du concret dans ses relations aux autres, elle veut dire des choses utiles, elle veut poser des questions importantes, elle veut débattre, comme une femme en combat ou en rébellion.

Elle est à part, l’affirme, le crie, le tonne, dans un style recherché et en même temps très fluide et très accessible. Elle écrit très bien, tout simplement, et c’est un vrai plaisir.

Ces propos très intimes et personnels, et en même temps bruts, secs et durs, rendent son livre très touchant, qui laisse apparaître une grande fragilité, une réelle profondeur derrière une apparente légèreté de surface.

Après la découverte de Joy Sorman « en live » lors du festival Ecrivains en bord de mer de juillet 2014, la découverte de son oeuvre était une évidence.

Et quelle belle surprise que Boys, boys, boys, son premier roman !

En bref, j’ai été surprise, étonnée et enthousiasmée … Les avis sur d’autres livres à venir très vite ! (notamment Comme une bête et La peau de l’ours)

Prix de Flore
Prix Flore 2005

Les premières lignes de Boys, boys, boys :

Depuis il y a eu Mitterrand président. Le chômage pour tous, les otages français au Liban et la mode des treillis militaires. Etre née dans les années soixante-dix : les parents ont connu la guerre, ou sont nés pendant la guerre, peut-être même qu’ils étaient juifs.

Joy Sorman - Boys, boys, boys - FolioLa présentation par l’éditeur Folio :

« Quand il m’a quittée pour une autre vous étiez toutes là pour me dire combien il ne me méritait pas, quand j’ai échoué à mes examens vous étiez toutes là pour me dire qu’un concours c’est aléatoire, quand j’ai négligé de m’inscrire sur les listes électorales vous étiez toutes là pour me dire qu’il n’y avait plus de différence entre la droite et la gauche, quand j’ai eu ma période chanson française vous étiez toutes là pour pleurer avec moi au karaoké sur des tubes de France Gall, quand j’ai porté des jupes sur des pantalons vous étiez toutes là pour me dire que ça affinait ma silhouette. Vous n’avez jamais voulu me faire de la peine, vous m’avez protégée parce que c’est ça le boulot des copines. Maintenant je veux qu’on me pète la gueule. »
Boys, boys, boys est le récit d’une fille qui prend les armes et choisit son camp. Avec un projet, presque un projet secret : échapper au mutisme fatal de ses contemporaines, s’inviter chez les garçons, s’emparer de leur parole virile – être féministe autrement.

Joy SORMAN, Boys, boys, boys
Parution : Septembre 2005 – Gallimard / Juin 2007 – Folio

_____________________
(Dernière mise à jour : 06/08/2014)

14 réflexions au sujet de « Boys, boys, boys – Joy Sorman »

  1. Le titre m’avait tenue éloignée jusqu’à présent , je ne sais trop pourquoi…
    Mais tu m’as convaincue, en Folio , ça m’ira très bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>