La boîte à musique – Mary Higgins Clark

Mary Higgins Clark - La boîte à musique - Albin Michel

La belle héroïne intelligente et esseulée (personnage de presque tous les MHC) s’appelle Lane. Veuve, elle élève seule sa fille, travaille comme décoratrice d’intérieur pour personnes richissimes et tombe sous le charme du charmant Eric Bennett.

Pour les rares qui n’ont jamais lu MHC, l’homme beau, en général très riche (bref qui entre dans la catégorie prince charmant) est aussi l’un des personnages habituels récurrents. Malheureusement, Eric Bennett est le fils de Parker Bennett, un truand qui a disparu avec plusieurs milliards de dollars en escroquant des petits gens avec son fond d’investissement.

Est ce que Parker Bennett est mort ? est-il vivant ? Son fils que tout le monde soupçonne, a-t-il participé également à cette escroquerie ? Sans compter les personnages parallèles toujours très caricaturaux, et dans ce roman, pas de chichi, on brasse les dollars en millions et milliards. MHC ne fait pas vraiment dans le social, ni dans le réalisme, mais dans le rêve américain.

Découverte adolescente, Mary Higgins Clark reste un incontournable au goût de madeleine de Proust, que je ne rate (presque) jamais, malgré – il faut l’avouer – les imperfections de plus en plus criantes volume après volume …

Dans la boîte à musique, disons le clairement, le twist est inattendu (comme un cheveu sur la soupe) et la fin est totalement ratée (et ce n’est pas la première fois), mais j’aime Mary Higgins Clark, c’est comme ça, je me suis régalée à lire d’une traite ce policier facile aux accents parfois fatigués.

Je savais à quoi m’attendre, j’ai lu exactement ce que j’attendais, et j’ai aimé !

Les premières lignes de La boîte à musique :

Elaine Marsha Harmon, trente ans, parcourait d’un pas vif les quinze blocs qui séparaient son appartement de la 32e Rue Est du Flatiron Building, à l’angle de la 23e Rue et de la Cinquième Avenue, qui abritait les bureaux où elle travaillait comme assistante décoratrice.

La présentation des éditions Albin Michel :
(ou lien direct site Albin Michel avec une présentation différente et accès au premier chapitre)

A Montclair, personne n’a pardonné à Parker Bennett, un riche financier disparu deux ans plus tôt avec cinq milliards de dollars. Personne, sauf sa femme et son fils. Lorsqu’elle franchit le seuil de leur maison, Lane ignore les terribles secrets qui l’habitent …

Quand l’innocence rencontre la corruption : un suspense vertigineux pour une Mary Higgins Clark au sommet.

Challenge petit bac 2015Mary HIGGINS CLARK
La boîte à musique
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Damour
Albin Michel, juin 2015, 368 pages
VO : 2015, The Melody lingers on

10 réflexions au sujet de « La boîte à musique – Mary Higgins Clark »

  1. Bonjour à tous je suis nouvelle sur le site et je découvre vos avis sur MHC . Moi aussi je ne peux m empêcher de tous les lire caf c est ma madeleine de proust de mes années ado. Malheureusement ça fait longtemps que je les emprunte à la médiathèque car c est dommage de dépenser de l argent pour être au final déçue . Je ressens la même chose avec harlan coben ces derniers livres ne sont plus à la hauteur des premiers

    • Bonjour Itarose, je vois que nous avons la même madeleine de proust. Je reçois depuis des années MHC en cadeau, à Noël et pour mon anniversaire, et j’aurais du mal à m’en passer ! Je ressens la même chose avec Harlan Coben, mais la différence, c’est que j’ai totalement arrêté de les lire.

  2. J’ai lu tous les M Higgins Clark, à chaque parution, je me laisse tenter espérant retrouver la veine des premiers qu’elle a écrits, mais malheureusement je suis chaque fois déçue. Les situations sont tellement convenues, naïvement sentimentales, sans beaucoup de suspens, à croire que c’est un logiciel qui les écrit ;-)

    • Je fais exactement la même chose depuis … des années ! Je me suis demandée aussi si elle n’avait pas une trame type qu’elle appliquait à chaque fois. Ca commence à se faire sentir tout ça :-)

  3. Je vais voir s’ils l’ont à la médiathèque car le dernier lu d’elle m’a déçue. J’allais dire que ce serait parfait pour les vacances sauf que là je viens de faire un brin de ménage sur la bibliothèque et ai compté les livres de ma PAL : 38.

    • Je les lis tous … et j’ai très envie de relire le tout premier, la nuit du Renard, qui reste dans mon souvenir le must de MHC !
      Et désolée pour le challenge, retard rattrapé : un grand merci pour ta participation assidue :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>