Baisers de Cinéma – Eric Fottorino

Fottorino Baisers de cinéma Poche

Certains livres refusent de nous laisser entrer dans leur secret, puis soudainement, une porte s’ouvre, et nous nous engouffrons en oubliant les premières réticences.

Baisers de cinéma est l’un de ceux-là.

Baisers de Cinéma passe en quelques pages de l’ombre à la lumière. En effet, tout est question de lumière.

Le narrateur, Gilles Hector, a vécu avec un père photographe de plateau, puis chef lumière. Le cinéma est également partout. De sa mère, il ne sait rien, si ce n’est que leur rencontre est digne « d’un baiser de cinéma ». Alors Gilles Hector, avocat pénaliste, hante les salles de cinéma parisiennes, à la recherche de cette mère inconnue, qu’il espère reconnaître dans les films sur lesquels son père a travaillé, à travers les nombreuses photos que ce dernier a laissé, espérant reconnaître un effet de lumière dont il lui a parlé.

A travers les films de François Truffaut, des Quatre cents Coup à Jules et Jim, des films de la nouvelle vague, le lecteur accompagne le narrateur obsédé par la recherche de cette mère inconnue, mystérieuse et entourée d’un halo lumineux, dans des films pourtant en noir et blanc.

Le jour de la mort de son père Jean Hector, ce « prince du noir et blanc » qui disparaît « un matin à l’aube », ce jour là, il a choisi de voir les Amants de Louis Malle. Il ne découvrira pas qui est sa mère, mais rencontrera une autre femme, Mayliss de Carlo, dont « le visage irradiait d’un éclat surnaturel », elle était celle qui « incarnait la lumière ». Cela ne pouvait être autrement, ils se rencontrent et s’aimeront.

Avec une délicatesse mesurée, Eric Fottorino s’interroge sur les origines, sur l’obsession que peut entrainer l’absence de connaissance d’un parent, les questionnements permanents de son identité, et plus particulièrement, les rapports d’un fils à son père.

A travers chaque mot, l’intime est distillé avec prudence, l’histoire personnelle transparait à chaque phrase.

Est-ce parce qu’Eric Fottorino n’a pas été élevé par son père biologique, Maurice Maman, qui reste l’absent, mais par un père d’adoption, Michel Fottorino ?

Ce père d’adoption, qui se suicidera en mars 2008, il lui rendra hommage peu de temps après, avec son livre : l’homme qui m’aimait tout bas.

Baisers de Cinéma est une belle histoire, ainsi qu’un bel hommage au cinéma, à Paris, au Quartier Latin, au café le Flore en l’île, à l’amour aussi.

A lire également Chevrotine d’Eric Fottorino.

Prix littéraire : Prix Fémina 2007.


Les premières lignes de Baisers de Cinéma :

« Ce récit appartient au XXe siècle.
En ce temps-là, pour qui voulait téléphoner dans la rue, il fallait quelques pièces de monnaie frappées en francs ou une carte à introduire dans l’appareil d’une cabine. On pouvait aussi choisir d’entrer dans un café et demander un jeton. En ce temps-là encore, c’est seulement par la poste, selon le bon vouloir du facteur, et en l’absence d’intempéries, qu’en recevait du courrier. »

Fottorino Baisers de cinéma brochéLa présentation de l’éditeur Gallimard :

« Je ne sais rien de mes origines. Je suis né à Paris de mère inconnue et mon père photographiait les héroïnes. Peu avant sa mort, il me confia que je devais mon existence à un baiser de cinéma.» Photographe de plateau, le père de Gilles Hector a le don de pressentir chez les comédiens leurs moments d’abandon. Il sait saisir sur leurs visages une défaillance, une colère muette, la trace infime d’un incident de tournage. Après sa mort, Gilles hérite de sa sensibilité à la lumière, mais aussi de questions sans réponse. C’est alors qu’il retrouve Mayliss, croisée le jour de la mort de son père deux ans auparavant. Petit à petit, leur relation prend forme et Gilles vit à l’envers de sa vie…

Éric Fottorino offre à son huitième roman des mots doux, presque fragiles, pour rendre hommage au cinéma, pour raconter un temps où l’amour peut encore apparaître comme un jeu risqué.

Eric FOTTORINO, Baisers de cinéma
Parution : Aout 2007 – Gallimard / Octobre 2008 – Folio (n°4796)

____________________________________
(Dernière mise à jour : 09/08/2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *