Azami – Aki Shimazaki

Aki Shimazaki - Azami - Actes Sud

Azami est une fleur en japonais, c’est un chardon, une fleur qui pique, difficile d’accès, difficile à tenir, difficile à aimer, un peu comme Misuo dont Azami est le surnom et qui va recroiser le chemin de Mitsuo.

Mitsuo est un employé modèle, rédacteur pour la revue N, marié avec Atsuko et père deux enfants. Les relations de Mitsuo avec sa femme sont respectueuses et agréables, mais c’est un couple sexless. Mitsuo s’en arrange ; il se rend parfois dans des Pink-salon et autres lieux érotiques.

Lorsqu’il croise un ancien camarade de classe, Gorô Kida, qu’il n’a pas vu depuis 24 ans, devenu le Président d’une très grosse entreprise japonaise, Mitsuo, impressionné, n’ose pas refuser son invitation au Bar X, bar à entraîneuses haut de gamme. Deuxième hasard et retour dans son passé : l’une des entraîneuse est son premier amour de jeunesse.

On retrouve dans Azami, l’ambiance japonaise particulière que sait très bien décrire Aki Shimazaki, comme elle l’avait déjà fait dans sa première pentalogie (5 livres qui se suivent), Le Poids des Secrets. La culture japonaise est tellement différente de nos habitudes occidentales, que derrière une histoire d’une très grande simplicité, presque enfantine, les échanges entre les personnages semblent un peu étranges et mystérieux, pleins de sous-entendus d’une part, et paradoxalement, de questions directes d’autre part.

Tout est facile – presque simpliste – la construction, le style, l’histoire, et pourtant, il se dégage de cette ambiance japonaise déroutante, une agréable histoire qui prend la connotation d’un conte japonais contemporain pour adulte, tout en pudeur et en retenue.

Azami est le premier volume d’un nouveau cycle d’Aki Shimazaki. Comme j’ai retrouvé le même plaisir de lecture que dans le cycle « Le Poids des Secrets », je vais entamer le deuxième cycle de Shimazaki « Au coeur de Yamato », pour pouvoir lire les livres d’affilés et combler mon impatience, car j’aimerais tant pouvoir lire la suite d’Azami tout de suite.

Les avis de Jérôme, séduit, et de Canel moins enthousiaste.

Les premières lignes d’Azami :

Je descends l’escalier en consultant ma montre. Il est trois heures passées. Je viens de prendre un déjeuner tardif au restaurant à l’étage.

La présentation de la 4e de couverture par Actes Sud :
(ou lien site Actes Sud)

Mitsuo Kawano, jeune trentenaire, est étonné quand il croise par hasard Gorô Kida, un ancien camarade de classe devenu le président d’une importante compagnie. Il est encore plus surpris lorsque celui-ci l’invite dans un club très sélect où travaille une autre ancienne amie d’école, la belle et mystérieuse Mitsuko, devenue entraîneuse.
Mitsuo mène une carrière de rédacteur pour une publication culturelle en attendant de fonder sa propre revue d’histoire. En dépit d’un certain détachement sexuel, il s’entend bien avec Atsuko, la mère de ses deux enfants. Il se contente de fréquenter les salons érotiques pour combler ses besoins. Mais ces retrouvailles fortuites ravivent en lui les rêves et les désirs de jeunesse.
Avec sa prose intimiste et précise, Aki Shimazaki explore cette fois ce que l’on devine derrière la paroi trop lisse des apparences.

Aki SHIMAZAKI
Azami
Janvier 2015, Actes Sud, 134 pages

Challenge rentrée d'hiver 2015

8 réflexions sur « Azami – Aki Shimazaki »

  1. je suis intriguée par ce titre que je crois avoir vu en jeunesse aussi. ou est-ce cette fleur qui m’hypnotise? en tout cas je note, merci.

  2. Je me souviens en effet de l’avis moins enthousiaste de Canel. Ce titre m’intrigue car c’est le même qu’un livre jeunesse que les élèves adorent !

  3. C’est vrai que j’ai été séduit. Et même si quelques hasards bienvenus font avancer les choses et permettent à l’intrigue d’avancer de manière un peu artificielle, je suis passé outre sans problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *