Au Perroquet Vert – Arthur Schnitzler

Arthur Schnitzler - Au perroquet vert - Actes Sud

Paris le 14 juillet 1789. C’est bientôt la prise de la Bastille, mais les personnages de la Taverne Au Perroquet Vert ne le savent pas. Et si l’ambiance des rues a un côté révolutionnaire, le fait historique n’existe pas encore. Il sont là pour boire un godet et passer du bon temps.

Mais cette fameuse taverne a une particularité, à part celle de fournir du bon vin, ce qui n’est pas gagné par les temps qui courent. Elle est tenue par Prosper, un ancien directeur de Théâtre, qui présente des spectacles, mais pas sur une scène, directement dans la salle.

Personne ne sait donc jamais vraiment – à part les habitués – qui est un comédien et qui est un simple manant ou consommateur. Un doux mélange des genres s’installe. Les gens de l’aristocratie viennent s’encanailler, et Prosper est là pour les faire frissonner. Sous prétexte de venir s’amuser, certains jouent un rôle, ou jouent leur propre rôle. Un voleur peut être un véritable brigand, ou un simple artiste au fin doigté, qui rendra finalement la bourse dérobée.

Ce qui est assez original, c’est que la Révolution, qui se joue en réalité dehors, se joue aussi, moins directement, ici à l’intérieur. Derrière les faux semblants d’un spectacle, elle est en réalité bien plus concrète que ce que les personnages imaginent.

Ce qui est très vu aussi dans cette pièce, qui doit être une petite merveille à voir sur scène, c’est ce mélange entre gens du peuple et de la haute, entre réalité et jeu de rôle, entre la grande Histoire en marche dehors, et la petite Au Perroquet Vert qui ne fait que la confirmer. Une grande incertitude s’installe pour tous, pour Prosper, les personnages, comme pour nous, lecteurs/spectateurs. On est agréablement perdu dans ce jeu de dupes, mais notre avantage, c’est que nous, nous savons que le 14 juillet 1789 n’est pas un jour comme les autres.

Schnitzler m’a surprise avec cette pièce de théâtre inattendue. Légère, et en même temps dramatique sur fond historique, j’ai trouvé cette dualité permanente très bien mênée, sur toute la durée. Cela m’a vraiment donné envie de voir cette pièce sur scène ; j’ai cherché sur internet, malheureusement, je n’ai pas trouvé. Bientôt peut-être ?

Présentation de la 4e de couverture par les éditions Actes Sud :
(Ou lien site Actes Sud)

Ecrite en 1898, cette comédie burlesque se déroule sur fond de Révolution française. En effet, nous sommes le 14 juillet 1789 dans une taverne tenue par un ancien directeur de théâtre. Il se passe ce jour-là beaucoup de choses, peut-être beaucoup plus qu’on ne l’a jamais dit. La taverne de maître Prosper apparaît comme l’envers du décor de la caverne de Platon : la vérité le dispute sans cesse à l’apparence. Des personnages jouant des acteurs deviennent, au détour d’une réplique, les spectateurs d’une réalité qui leur échappe. A leur insu, les clients-spectateurs jouent parfois une pièce qui n’est pas au programme. Insensiblement, tous se retrouveront protagonistes d’un drame qu’ils n’auront jamais maîtrisé.
Et l’Histoire, maquilleuse perverse, transformera un crime passionnel en une juste revanche des peuples sur les rois.

Arthur SCHNITZLER (1862-1931)
Au Perroquet vert
Edition présentée :
Traduction de l’allemand (Autriche) par Marie-Louise Audiberti et Henri Christophe
Mai 1999, Actes Sud Papier, 48 pages
VO : 1898, Der grüne Kakadu

Challenge XIXeChallenge theatre logoChallenge petit bac 2015Le mélange des genres

4 réflexions au sujet de « Au Perroquet Vert – Arthur Schnitzler »

  1. J’ai pas mal lu Schnitzler et j’aime ce courant viennois, Une petite comédie, Le retour de Casanova, Mourir, La pénombre des âmes. Mais je ne connais pas cette pièce que je vais essayer de trouver. Merci.

    • Merci pour tous ces conseils ! Je n’ai lu que Mourir dans ta liste, que j’avais beaucoup aimé, et j’aime aussi beaucoup ce courant viennois. J’ai noté tes titres, pour une prochaine lecture :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>