Après l’orage – Selva Almada

Selva Almada - Après l'orage - Métailié

Après l’orage est un premier roman étonnant, qui instaure une ambiance étrange entre quatre personnages, comme une scène de théâtre isolée dans le désert argentin, où l’orage vient perturber la sécheresse du quotidien et bouleverser l’intime de quatre humains.

Perdu on ne sait trop où, dans un endroit qui ne semble pas réellement exister, Brauer et son jeune apprenti, Tapioca, travaillent ensemble dans un garage qui ressemble à un cimetière de voitures déserté, sans vie et sans passage. Des chiens hagards se traînent, la misère s’est installée, l’électricité est souvent coupée, la bière chaude, le lieu a le goût de la poussière, l’odeur de la chaleur et de la solitude.

Le Révérend Pearson et sa fille Leni atterrissent là par hasard, le temps de réparer leur voiture, le temps que l’orage passe. Et la voiture est bien l’élément clé de tout ce roman, celui qui bouleverse toutes leurs vies, comme celle de Brauer, père d’adoption du jour au lendemain, lorsque le jeune Tapioca est abandonné par sa mère en quelques minutes, le temps qu’elle coupe le moteur de la voiture, le laisse, et reparte aussitôt.

Comme celle de Leni aussi, qui se souvient du visage de sa mère à travers le pare-brise arrière de la voiture, le jour du départ de son père, le Révérend Pearson, quittant sa femme et l’emmenant pour prêcher la bonne parole sur la route, évangéliste errant, se déplaçant dans sa voiture maison, d’un lieu désolé à un autre.

On hésite entre réalisme et fable, prose et poésie, confession et silence, roman ou pièce de théâtre : Après l’orage regroupe dans un huis clos sec et pluvieux, aride et humain, un peu de tout cela, de façon délicate, avec beaucoup de pudeur. On ne sait pas toujours où Selva Almada nous emmène, mais elle nous emmène dans un monde rude et délicat, où la religion domine, où les non-dits surgissent, mais surtout, où la vie s’éveille.

A noter la traduction par Laura Alcoba, écrivain d’origine argentine, découverte avec un véritable plaisir dans Le Bleu des Abeilles.

L’Argentine est l’invitée d’honneur du Salon du Livre 2014, et Après l’orage est, comme premier roman, un bel hommage à ce pays.

Bibliomaniacs On en parle dans le Bibliomaniacs du mois d’Avril 2014
Pour écouter, cliquer ICI

Tout savoir sur Bibliomaniacs : voir le site de Bibliomaniacs




Selva ALMADA, Après l’orage
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Laura Alcoba
Parution : Mars 2014 – Métailié
Titre original : El viento que arrasa

_________________________________________________________________________________________
(Dernière mise à jour : 15/03/2014)

6 réflexions au sujet de « Après l’orage – Selva Almada »

  1. Je viens de le finir. Il y a 5 min. J’ai beaucoup aimé mais je pense qu’il a des faiblesses, qui sont compensées par l’atmosphère très bien rendue comme tu dis. Je ne le trouve pas bouleversant, mais c’était une lecture agréable.

  2. Moi aussi, j’avais cru au départ que c’était du mois de février. Tu as raison, c’est enfin très bien écrit

  3. Ah mince, grâce à ton billet, je me rends compte que je l’ai mis dans mon challenge alors qu’il est de mars. J’ai beaucoup aimé ce court roman, très bien écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>