Constellation – Adrien Bosc

Adrien Bosc - Constellation - Stock

- Rentrée littéraire 2014 –

Constellation, n’est pas qu’un premier roman, c’est le nom de l’avion d’Air France qui part de Paris le 27 octobre 1949, direction les Etats-Unis, et qui s’écrase sur une île des Açores. Il n’y a aucun survivant.

La première question qui se pose, bien sûr, est : que s’est-il passé ? Pourquoi le pilote n’a pas compris, pas vu, et pourquoi tel passager se trouvait sur ce vol ? Adrien Bosc va tenter de répondre à ces questions, de manière très construite, sur la base de recherches très précises, de façon très détaillée.

La deuxième question qui se pose est : pourquoi ce livre est dans toutes les premières sélections des prix littéraires ?

Indéniablement, pour un premier roman, Adrien Bosc réussit un livre qui ne ressemble pas à celui d’un débutant. Il a un certain talent. C’est historique, documenté, journalistique, fouillé, précis et bien écrit. Il détaille, passager après passager, les suites d’événements qui expliquent pourquoi untel se trouvait dans cet appareil, en une suite de bribes de vies, de bribes de contextes.

En plus, se trouvaient dans l’avion le grand amour d’Edith Piaf, le fameux Marcel Cerdan, et pour ceux qui la connaissent, la violoniste Ginette Neveu (parmi d’autres). Le livre ajoute ce petit plus, qui titille, qui fait que, pour eux en particulier, un petit intérêt s’éveille.

Malheureusement, je n’ai ressenti aucune âme, aucune chaleur en lisant ce livre. J’ai eu le sentiment de lire des extraits de recherches, comme des extraits de journaux, des bouts d’une vie, puis d’une autre, puis d’une autre, puis d’une autre, puis d’une autre … oui, au bout d’un moment, je me suis essoufflée.

Je n’ai pas réussi à m’intéresser aux nombreux détails, et en raison du côté fragmentaire du récit, je n’ai jamais réussi à entrer dans cette histoire, mais seulement à la lire (parfois avec intérêt cependant) en restant extérieure.

D’ailleurs, dès le début du livre, je me suis sentie submergée par des noms d’avion, des noms de personnes, des noms d’endroits, des dates, et des dates et des détails à n’en plus finir.

Ce livre est très méritant, mais n’ayant pas été très intéressée par les fragments de vie rapportés (sauf à quelques exceptions près), le seul fait d’être passagers du même avion n’a pas été pour moi un fil directeur suffisant pour me permettre de m’immerger dans ce livre, comme dans une histoire globale qui emporte et passionne. Je suis restée à côté.

Prix LittérairesPrix de la vocation 2014
Lauréat du Grand Prix du Roman de l’académie française 2014
1ère sélection de tous les prix littéraires


La première ligne de Constellation :

Ce soir du 27 octobre 1949 sur la piste de l’aérodrome d’Orly, le F-BAZN d’Air France s’apprête à accueillir trente-sept passagers en partance pour les Etats-Unis.

Présentation par les éditions Stock (ou lien direct site) :

Le 27 octobre 1949, le nouvel avion d’Air France, le Constellation, lancé par l’extravagant M. Howard Hughes, accueille trente-sept passagers. Le 28 octobre, l’avion ne répond plus à la tour de contrôle. Il a disparu en descendant sur l’île Santa Maria, dans l’archipel des Açores. Aucun survivant. La question que pose Adrien Bosc dans cet ambitieux premier roman n’est pas tant comment, mais pourquoi ? Quel est l’enchaînement d’infimes causalités qui, mises bout à bout, ont précipité l’avion vers le mont Redondo ? Quel est le hasard objectif, notion chère aux surréalistes, qui rend « nécessaire » ce tombeau d’acier ? Et qui sont les passagers ? Si l’on connaît Marcel Cerdan, l’amant boxeur d’Édith Piaf, si l’on se souvient de cette musicienne prodige que fut Ginette Neveu, dont une partie du violon sera retrouvée des années après, l’auteur lie les destins entre eux. « Entendre les morts, écrire leur légende minuscule et offrir à quarantehuit hommes et femmes, comme autant de constellations, vie et récit. »

Challenge RL 2014Adrien BOSC, Constellation
Parution : Août 2014, Stock, 198 p.

___________________________________
(Dernière mise à jour : 19/10/2014)

18 réflexions au sujet de « Constellation – Adrien Bosc »

  1. Finalement, je l’aime bien ce roman mais je pense que la remarque de Marie-Anna est essentielle, moi je l’aurais lu en une journée et c’est à mon avis l’idéal (bon, il vaut mieux être en vacances pour çe).

  2. Alors, là, non, je ne suis pas du tout d’accord avec toi! J’ai été vraiment beaucoup touchée par ce roman qui n’est pas, selon moi, un simple empilement d’histoires… Au contraire, en tissant des liens entre ces différents personnages – en dehors de cette coïncidence tragique, mourir dans le même crash d’avion-, l’auteur interroge la question du destin, du hasard nécessaire, et c’est vertigineux… J’ai adoré! ( mais je crois qu’il faut impérativement le lire d’une traite…)

    • J’ai peut-être trop coupé ma lecture alors. C’est vrai que j’ai lu un chapitre, puis un autre, avec des interruptions, et je n’ai donc pas ressenti la force des liens entre les différents personnages. Si seulement j’avais pleins d’après-midi de libre !

  3. Il me tente bien quand même ce livre, même si j’attendrai certainement la sortie en poche ! J’ai pu entre l’auteur en parler à deux reprises, et il en parle bien…

    • J’attends ton avis avec impatience ! J’espère que tu l’aimeras mieux que moi en effet, mais il a plusieurs côtés positifs, et ce n’est pas du tout le livre calvaire.

    • Il a quelque chose ce livre, c’est clair, et je comprends parfaitement ton avis, mais c’était trop fragmenté pour moi, et ces coupures ont eu tout simplement l’effet de me couper du texte.

    • Eh bien Titine, tu avais vu juste, c’est ça, tu le dis mieux que moi, c’est un empilage d’histoires, sans avoir le charme de la nouvelle ; il reste l’idée prometteuse.

  4. Sa présence dans toutes les listes m’intrigue aussi, surtout vu ce que tu en dis ! Je n’en faisais de toute façon pas une priorité et ce n’est pas toi qui va me faire changer d’avis.

    • En fait, comme il était sur toutes les listes, mon attente était peut-être trop élevée, et du coup, j’ai fatalement été déçue …

  5. ah zut, ton billet calme mon enthousiasme à l’idée de le lire! j’ai vu l’auteur à LGL, il en parlait avec beaucoup de passion…j’ai également été étonnée de le voir sur toutes les listes de pré-sélection pour les Prix cela dit…

    • Je pense que c’est un bon livre pour un premier roman, et cela ne m’étonne pas que l’auteur soit passionné, il a du travailler un temps fou sur ce livre, mais il a manqué pour moi ce petit plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>